Le Point du 08 11 10

Jean Etévé,un élu qui demeurera
symbole d’exemplarité

Jean Etévé, dont la personnalité a rayonné …de Picardie à la Cote d’Opale, a révélé, durant toute sa vie, le sens du mot Elu . Il représentait les qualités humaines justifiant, étapes pat étapes de sa vie, d’être jugé digne d’être élu au sens originel et latin du mot : « personne choisie et aimée ».
Elu, il le fut d’abord par ses professeurs des facultés de Pharmacie d’Amiens, puis de Lille, qui lui ouvrirent les voies de son activité de pharmacien. .
Elu…du cœur, il le fut très jeune étudiant, par celle qui partagea ses années d’études et qui devait devenir sa femme, en lui offrant la joie d’être père de deux enfants, Charles et Florence.
Elu, il le fut très vite par ses amis Amiénois, au sein du Lions club international dont il fut une figure représentative de l’esprit. Et, toute sa vie, de la devise : we serve.
Riche de cet esprit, et devenu Touquettois, il ne pouvait pas ne pas devenir élu de la Commune du Touquet . C’est le Docteur Ferrier, fort de son diagnostic qui, pour compléter le Conseil municipal , par une élection uninominale partielle . lui fit appel.
En lui , on ressentait une ardeur de vivre , une capacité à donner de lui-même à la communauté humaine de la ville où il avait décidé de poursuivre sa vie professionnelle, tant il se sentait attiré par cette station , Picarde autant que Pas de Calaisienne .
Jean Etévé était si entrainant, si chaleureux, qu’on avait envie de le suivre. Je crois entendre encore sa voix, alors qu’il m ‘appelait au téléphone , pour me demander de participer à une rencontre à son domicile au Touquet alors que j’étais chef d’entreprise à Béthune et président de la Jeune Chambre Economique Française . Quand j’arrivais à ce rendez-vous , je découvrais un Jean Etévé qui me semblait amoureux de sa station et de la vie .
Et entouré d’un trio d’élus touquettois amis , Philippe Bataille , Maurice Bonas , Pierre Quételart , je revois Jean Etévé me demandant d’apporter mon concours pour entrainer , au coté du docteur Ferrier, le prochain Conseil municipal et pour poursuivre l’œuvre du maire de grande valeur que fut le Docteur Pouget .
C’est avec la claire conscience du chemin à faire , mais ave l’enthousiasme que Jean Etévé portait en lui , qu’ensemble , nous avons voulu donner au Touquet Paris-Plage le destin d’une station vivant quatre saisons , pour offrir au Nord de la France un art de vivre entre mer et foret ., un territoire trait d’union européenne entre la France , la Grand Bretagne et la Belgique , si proches.
Ensemble , en équipe , une équipe inoubliable, nous avons voulu montrer qu’une station comme Le Touquet , si elle devait séduire par ses sites , et attirer touristes , résidents et visiteurs, par ses équipements et son cadre de vie , devait aussi séduire et attirer par l’âme qui rayonnait en elle .
Ensemble , et Jean Etévé jouant un rôle majeur , nous avons voulu que la station offre à la population communale et intercommunale laborieuse qui façonnait la station , des chances de travail , des logements à l’année , et des espoirs de progrès social et de justice sociale .
Nous voulions, Jean Etévé en tète , que la station ne connaisse plus en trop de foyers , des situations de ce que l’oh appelait alors , les « économiquement faibles » . Nous voulions apporter un plus à ceux qui vivaient avec moins. Et en particulier dans ce Touquet où l’on aime venir chercher un plus pour rendre la vie heureuse à ceux et celles qui ont beaucoup plus que ceux qui ont moins.
Ensemble, nous avons voulu donner à la station une dimension économique , une dimension sociale , une dimension européenne .
Nous ne savions pas alors l’épreuve physique et morale, que Jean Etévé , travailleur acharné , devrait connaitre dans la dernière étape de sa vie . Mais ceux et celles qui ont vécu cette épreuve, partagée avec tant de dévouement et de courage par sa femme , ses enfants et petits -enfants , ont compris que la valeur humaine ne se jugeait pas seulement dans les années de réussite et de bonne santé. Elle se juge aussi à travers les souffrances que la vie peut entrainer .
Madame Jean Etévé , entourée de ses enfants, a révélé des qualités humaines dignes de celles de son mari .Elle a su montrer que l’amour pouvait aider à surmonter des années de souffrances physiques et morales .
Lorsque, comme bien d’autres, j e m’attachais à aller revoir, chez lui, mon ami Jean , je mesurais à quel point , le verbe aimer avait un sens , au sein d’une famille . Et je ressentais combien l’amour offert à celui qui souffrait pouvait l’aider à survivre dans la dignité.
Le nom de Jean Etévé demeurera au Touquet et en la Picardie voisine le symbole d’une vie méritant le respect de tous. D’une vie exemplaire qui honore une famille .Une commune. Une vie qui donne un sens concret à la foi qui l’anime. Une vie qui laissera à tous ceux et celles qui l’ont connu le souvenir de son beau sourire. L.D.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *