Voilà donc, les nouvelles têtes, que la démocratie a entraînées à leurs postes de commande, face à leurs devoirs !

La démocratie européenne, d’abord. Elle a désormais un président : Jean-Claude Juncker. Il vient d’être élu par la volonté majoritaire des Etats-Nations, mais aussi par celle du Parlement européen.


Lire la suite

Puisque, ciel gris ou bleu, les Français sont en vacances, ils ont tout le temps de réfléchir.

Ce mois de juillet leur en donne le devoir. Et d’abord, celui de penser aux familles dont les tragédies vécues à travers le monde, en ces semaines d’un été dramatique, révèlent l’urgence d’une gouvernance à l’échelle des continents, et non plus seulement des États nationaux.


Lire la suite

Émouvantes heures vécues, devant nos télévisions, ces images de nos plages normandes évocatrices du courage de milliers de soldats, justement qualifiés de héros…

Retrouvez l’intégralité du texte sur lexpress.fr


Lire la suite

Quel était le visiteur étranger que la Presse aurait dû mettre davantage, en relief, en ces journées de Printemps 2014 ? Le Premier ministre Japonais !

Et que venait-il faire ? Il venait au-devant de l’Union européenne ! Et pas en coup de vent ! Neuf jours ! Dont deux jours en France.

Et pourquoi Dominique Riquet, vrai leader Nordiste, successeur de Jean Louis Borloo, à la mairie de Valenciennes, est venu nous le dire, au Touquet et à Etaples le 1er mai ? Il a tenu à venir le faire comprendre dans le parler vrai du grand chirurgien qu’il est toujours.

Ce que Shin Abe, gouvernant Japonais est venu découvrir, c’est la puissance européenne qu’est l’Europe !


Lire la suite

Nous étions devenus, durant l’un de nos mandats de cinq ans d’élus de la nation, voisins d’un même palier en un pavillon central de l’Assemblée nationale, Dominique Baudis et moi.

La cloison nous séparant n’était que matérielle, tant nous nous ressentions aussi proches, l’un de l’autre, en esprit et en langage, qu’étaient distants les territoires que nous représentions, l’un dans le sud ouest toulousain, l’autre en Nord-Pas de Calais.

1ère raison : c’est que, face aux défis de la mondialisation en marche de la vie économique, nous partagions la conscience d’un même devoir commun dominant tous les autres, celui de construire une véritable union européenne et d’abord, dans ce but, une large union nationale, rassemblant les forces vives de la France.


Lire la suite

Il avait raison, l’historien Christian Petitfils, quand il répondait à Pauline Quillon, journaliste à Valeurs actuelles, que l’Histoire de France est fondamentale pour structurer les consciences aujourd’hui.

L’éducation des jeunes français impose donc de maintenir la règle programmatique du respect des siècles de notre histoire. Sinon, les enfants de France seraient privés du capital de connaissances qui doivent leur être enseignées, pour comprendre ce qui a fait la France, au fil des siècles.


Lire la suite