La preuve vient d’en être donnée, discrètement, mais sûrement. La Région Nord-Pas de Calais et son Comité Régional du Tourisme viennent de  révéler une prise de conscience essentielle.

Notre région publiera désormais, au fil des quatre saisons de l’année, les résultats de son économie touristique.

Avant de nous en réjouir, rappelons une vérité première :

Après des décennies d’étapes et d’efforts de conversion de son bassin minier à travers des zones industrielles nouvelles, le Nord-Pas de Calais, à  tous niveaux de son organisation territoriale, a pris conscience de l’urgence d’une priorité préalable : le soutien, qui s’impose à la vie de ses entreprises industrielles.

Un soutien dont l’Etat et trop de municipalités ont trop tardé à comprendre qu’il devait impérativement se traduire par un allègement de charges que les gouvernements successifs ont fait peser, sans cohérence, sur le coût du travail en France.

Or – les courses hippiques nous le démontraient encore tout récemment  le 14 juillet, sur notre bel hippodrome du Touquet – impossible pour cavaliers et chevaux, de gagner des courses, quand le handicap, qu’ils supportent en charges, est devenu  trop  lourd !

Depuis plus de dix ans, notre grand partenaire allemand a donné l’exemple, sous des gouvernements de coalition, incarnés hier par  le duo Schröder – Merkel, traduisant, réformes de base à l’appui, la grande idée-force gaullienne de l’association  capital – travail.

Résultat : non seulement, depuis ses chanceliers Kohl et Schmidt, cette Allemagne a réussi sa réunification. Mais elle est, de plus, aujourd’hui, en tête du peloton des nations de l’Union européenne. Il est urgent que la France suive cet exemple.

Comment ?

1. En commençant par comprendre, à tous niveaux, que les peuples doivent unir leurs forces et  non les affaiblir, en les dissociant en deux camps hostiles, et en les déchirant en campagnes politiciennes permanentes, alors qu’il s’agit d’atteindre le but de  faire gagner  le match de la vie !

C’est-à-dire… le match de la production et du développement durable qui mobilise les capacités de nos industries, de nos agriculteurs, de nos exportateurs de produits made in France. Le but est de vaincre ainsi le double fléau du chômage et de notre endettement croissant.

2. En entraînant notre Union Européenne à devenir une force politique d’équilibre entre les continents  en  mutation  de notre 21èmesiècle, en faisant respecter par les concurrents les règles du jeu : sociales, environnementales, fiscales  et  les droits de l’homme,  dans la  compétition économique mondiale.

Ce rappel étant fait aux lecteurs de cette chronique, en souhaitant qu’il soit transmis à la réflexion des Français en vacances ou en recherche du bienfait de la fraîcheur matinale ou vespérale de la nature, je veux souligner  l’importance d’une autre prise de conscience  nécessaire.

Le Tour de France, remporté par un champion longiligne de notre autre grand voisin anglais, né au Kenya, vient  d’en donner l’impressionnante démonstration. La France, à travers ses sites, ses montagnes, son littoral, ses campagnes, sa géographie et son histoire, est aujourd’hui le pays le plus capable de devenir le champion du monde de l’économie touristique !

Tout en haut de cette France, la Région Nord-Pas de Calais vient de démontrer qu’elle est déterminée à mettre à profit les ressources naturelles de son territoire, en coulant désormais son économie touristique dans le moule des quatre saisons de la nature.

Saison d’été, saison d’automne, saison d’hiver, saison de printemps : élus gestionnaires des territoires et  professionnels de toutes les activités constituant les racines et les branches de l’économie touristique devront désormais, dans le Nord-Pas de Calais, insérer leurs résultats de fréquentation, de chiffre d’affaires, d’emplois de leurs salariés,  dans le cadre des quatre saisons de l’année. Bravo  pour cette heureuse évolution !

L’économie touristique, faite des temps libres des uns… générateurs du temps de travail des autres, en épousant désormais les 4 saisons qui font la beauté changeante de la  nature, cessera ainsi d’apparaître comme une  source de vie économique, sociale et sociétale précaire et donc d’intérêt secondaire, économiquement, socialement, financièrement… et donc  humainement  et politiquement.

Ayant œuvré  pendant des décennies  pour convaincre  qu’écologie et économie devaient  s’unir dans un même mariage d’amour   et de raison,  en ce beau  pays au climat tempéré et aux charmes variés qu’est la France, je ne peux que me réjouir de voir le Comité Régional du Tourisme Nord-Pas de Calais   décider  de se donner une  vocation  nouvelle.

La vocation de faire comprendre que les temps de déplacements et de séjours  touristiques  devaient  devenir une nouvelle source de   vie économique  et sociale durable.

La vocation de faire de cette source de vie qu’est le tourisme, une des premières chances d ’avenir  du monde de demain, à condition que les peuples, les éducateurs, les enseignants, les corporations professionnelles    et les gouvernants  aient l’intelligence et la volonté de faire, de cette économie touristique, le fruit des épousailles entre les quatre saisons de la nature et celles de la vie humaine, à l’échelle d’une année et à l’échelle d’une existence.

Par cette décision, la Région révèle qu’elle entend s’ouvrir, et à juste titre, à son avenir européen.


Lire la suite