C’est vraiment un nouveau siècle !

C’est très volontairement , parce que nous abordions des temps nouveaux, que j’avais proposé de donner le nom de « Nouveau siècle » à l’espace de 18 hectares reconquis par la Ville du Touquet Paris-Plage, pour donner une valeur ajoutée à son territoire, car mon combat s’est toujours situé sur le terrain de l’économie.
Une valeur ajoutée, pourquoi ?
Pour attirer une clientèle renouvelée et de plus en plus européenne.
Comment ? En renforçant au fil des ans l’attrait des espaces boisés et fleuris de notre domaine communal et des propriétés privées, la qualité et la diversité de nos hôtels, anciens et nouveaux, la rénovation à achever de notre centre-ville commercial, l’attractivité et la diversité des séjours offerts, chaque week-end et durant les vacances.
Les projets que nous avions préparés pendant sept années et alors soutenus par mon ancien adjoint aux finances….. devraient être actuellement en voie de réalisation. Et j’affirme que les engagements de groupes privés et les contacts officiels que j’avais eus avec les autorités publiques devaient l’assurer. Un programme qui aurait permis, chez nous, de parler actuellement d’autre chose que de la crise, sans jalouser les 1000 projets qui vont se faire ailleurs.

Ces projets, qui ont demandé à de nombreux élus de mon équipe ainsi qu’à de nombreux collaborateurs de la mairie un travail intense, je les ais encore rappelés récemment. Vous les avez en tête, chers lecteurs et lectrices, chers bloggers et internautes. Ce sont eux qui devront donner espoir en l’avenir, à condition bien sûr de ne pas gâcher les espaces et les chances de les réaliser. Avec dossiers, plans et lettres de partenaires publics et privés à l’appui, je suis prêt à démontrer que nous pouvons dans la Région Nord-Pas de Calais proposer à l’Etat de soutenir quelques projets de plus. Ils méritent d’être retenus par ceux et celles qui aiment Le Touquet et se préoccupent de faire connaitre à notre Côte d’Opale d’autres perspectives que la récession et le chômage
Un programme dense qui exigeait de s’investir à temps plein pour le mener à bien, … sans recours à un quelconque médiateur…

A ce propos, le mot de crise est exploité abusivement pour expliquer que notre société du 21ème siècle sera différente de celle du 20ème, qui fut elle-même bien différente de celle du 19ème.
C’est une curieuse et trompeuse solution que de créer désormais de nouveaux postes de médiateurs ou de médiatrices pour régler les problèmes.
Si les Elus ont été élus, c’est pour exercer des responsabilités. C’est toujours vrai quel que soit l’époque. Nommer des médiateurs ou des médiatrices, pour remplacer des ministres, c’est ne pas faire honneur à ceux qui ont accepté les fonctions de responsables, dans les différents domaines qui leur ont été confiés.
A la Guadeloupe, comme ailleurs, ce que l’on appelle le milieu politique semble déphasé par rapport à la montée des besoins ressentis par la société. Trop d’entre eux sont désormais déconnectés de la vie économique. Et le pire, c’est qu’il soit nécessaire d’aboutir à des manifestations de rue, tournant aux désordres et aux violences, pour que les Elus prennent conscience des problèmes et des solutions qu’ils imposent. Nous sommes vraiment dans un nouveau siècle !

L.D.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *