Pour faire face au terrorisme, une destination à faire vivre : l’anneau de Lorette

Cher ami,

Je vous ai promis une seconde réponse, en ce qui concerne la position à prendre par notre peuple, face au terrorisme.

Ma réponse, c’est qu’il faut rendre à notre Union européenne, via la France, une âme.

Il nous faut sensibiliser les Français pour qu’ils comprennent notre devoir de nous rassembler, comme nous l’avons fait le 11 janvier 2015.

Nous rassembler pour exprimer la volonté des Français de vivre ensemble, dans le respect de la personne humaine, qui est la première des valeurs sur notre terre.

Pour faire comprendre ce devoir, il nous faut nous, issus du Nord-Pas-de-Calais, proposer à l’ensemble des citoyens, au fil des quatre saisons de 2015, et au fil des prochaines années, le désir de se rendre en un lieu sacré, évocateur de la plus grande tragédie de l’histoire de France, que fût au 20ème siècle, la guerre 14-18.

Une tragédie qui se renouvela entre 1939 et 1945.

Une tragédie qui s’étend aujourd’hui à l’échelle mondiale, mais sous les masques ignobles des terroristes qui ont pour objectif de créer la peur de vivre. Et de communiquer aux jeunes l’angoisse de l’avenir. Au point, pour eux, de se réfugier dans les pièges d’un fanatisme menant à d’affreuses tueries.

Nous ne parviendrons à convaincre notre jeunesse, de se donner un autre esprit et de viser d’autres horizons, que si nous prenons une initiative qui devrait être communiquée à travers toutes les régions de France.

Quelle initiative ?

Offrir à tous les jeunes de France, en recherche du sens de leur vie, la chance de venir le découvrir sur une colline d’Artois.

C’est d’une âme nouvelle dont la France a besoin. Elle flottait par-dessus les collines ensoleillées, que je visitais ces jours derniers, au rendez-vous de l’anneau mémorial de Lorette.

Un anneau issu d’une idée géniale du Président de la Région Nord-Pas-de-Calais, Daniel Percheron. Pour convaincre les jeunes d’abandonner les voies d’un monde inhumain, il faut les inviter à venir à Lorette. Et il ne faut pas craindre dans ce but, d’engager une action de communication nationale, sous le patronage commun des grands quotidiens et des grands magazines nationaux de la France d’aujourd’hui.

Il faut que de toute part en France, les jeunes de 20 à 30 ans, quelle que soit leur origine, et quelle que soit leur religion, soient invités, par l’Union européenne, à venir par train, par car, et sous un parrainage officiel de cette Union, permettant de couvrir les frais de déplacements orchestrés par chaque région de France, en 2015 et en 2016, à remonter vers le Nord-Pas-de-Calais, pour vivre, en quelques heures l’ascension de la colline de Lorette.

Cette visite amenée jusqu’à l’anneau de la mémoire, dépasserait en impact, tous les discours et toutes les campagnes de communication, destinés à sensibiliser les jeunes d’aujourd’hui.

Ils ne pourront pas, ces jeunes, ne pas se sentir émus, en découvrant, gravés dans le métal, les noms des 580 000 morts de la guerre 14-18.

Comment faire face au terrorisme ?

En évoquant les vies humaines sacrifiées durant le siècle précédent pour sauver notre humanité.

J’ai voulu déchiffrer quelques noms parmi ces centaines de milliers d’hommes et de femmes, dont on a réussi à évoquer le sacrifice de leur vie. Je n’en prendrai que deux.

Elle était infirmière, elle s’appelait Catherine Maud-Marie Mac Donald. Elle fut tuée à Etaples-sur-mer, alors qu’elle venait au secours de soldats blessés.

L’autre s’appelait Franz Levandowski, un nom typiquement originaire de notre bassin minier.

Si les jeunes viennent découvrir, en notre Pas-de-Calais, cet « Anneau de la Mémoire », ils ne pourront pas ne pas comprendre, eux, nés au 21ème siècle que la vie n’est pas faite pour tuer celle des autres.

Sous les échos et les images des drames et des tragédies de guerres civiles ou de migrations qui envahissent nos écrans de télévision, aujourd’hui, en ces vacances d’été, c’est à Lorette, au rendez-vous de cet anneau, que la jeunesse du monde, et d’abord celle de France, doit être attirée par une campagne nationale, pour venir découvrir le sens à donner à l’avenir de notre humanité.

Plus que par les images des tueries déversées chaque semaine par la télévision, ils seront marqués par les noms regroupés en ce mémorial évocateur de cette grande guerre, qui devait en entraîner une autre, dans le même siècle… plus meurtrière encore !

Cette fois, c’est entre 50 et 70 millions de vies qui furent brisées par le déchaînement des forces humaines, rassemblées ou opposées, sur une terre européenne, dont la vocation est pourtant d’être fraternelle, sous le signe de la civilisation qu’elle représente aujourd’hui.

Le drame se déroula bien au-delà de l’Europe, jusqu’à Hiroshima et Nagazaki.

En cette année 2015, j’ai été de ceux qui ont ressenti une profonde émotion, en remontant vers la colline de Lorette… Les collines vertes, entre les terrils liés au passé minier de notre région, et le Louvre-Lens qui vient de rapprocher Paris de notre Artois, resplendissaient de beauté…

S’ ils poursuivaient, comme nous l’avons fait, la visite de l’anneau, les jeunes venus de toute l’Europe comprendraient qu’il porte en lui le sens d’un serment : celui de vouloir la paix entre les peuples, en respectant la dignité humaine que chaque être représente dans le grand mystère de la création. C’est ainsi que l’on guérira les générations nouvelles, souvent blessées par le spectacle de l’aspect trop souvent morbide de banlieues de nos cités, de la tentation d’exprimer leurs personnalités ou leurs révoltes, en faisant usage de toutes les violences que les désordres mondiaux provoquent d’un continent à l’autre.

La vie des jeunes hommes et des jeunes femmes tombés durant les guerres précédentes n’a pas franchi le seuil de notre 21ème siècle. C’est une chance qui est offerte aux jeunes d’aujourd’hui, de faire de leur vie, un film d’étapes successives, évocatrices d’un temps de paix mondiale.

C’est donc le destin historique des générations du 21ème siècle, que de crier à la face du monde, depuis notre Pas-de-Calais à Lorette : halte là, les tueurs !

Et quand on entend chaque soir à la télévision, ou quand on lit les titres de nos magazines évoquant les récits des conflits meurtriers qui endeuillent tant de familles, on se dit que le meilleur moyen de mettre fin aux assassinats, c’est d’offrir au monde entier le pèlerinage de Lorette.

Entre Paris, Londres, Bruxelles, Strasbourg, la grande future région européenne Nord-Pas-de-Calais-Picardie doit devenir le chemin à faire prendre par la jeunesse du monde.

Un monde dont les religions doivent désormais s’entendre et converger vers un seul but : Celui d’une paix durable entre les peuples, et d’une volonté commune d’un développement durable pour permettre à ces peuples, de mieux vivre leur vie.

En quittant l’anneau de Lorette, un ancien combattant assurant une garde du lieu, telle une émouvante sentinelle, vint à nous en évoquant les belles années sportives, qu’il vécut au milieu du public du stade municipal de Béthune.

L’ancien combattant nous donne sa carte de visite. Elle porte le nom de Brasme-Duhamel et il habite le quartier de Catorive à Béthune. Impressionnante rencontre. Un beau sourire éclaire son visage. Il est toujours fier que son club, le Stade béthunois, soit parvenu en 1949 à devenir champion de France de football amateur.

J’arrête là mon éditorial. Je n’oublierai pas ce temps de recueillement vécu en famille, à Lorette.

J’espère avoir été compris. Le seul combat à mener dans notre société moderne, pour vaincre la mort et ceux qui la provoquent, c’est de donner aux jeunes, la passion de la vie !

Léonce Deprez


5 Commentaires

  1. van houtte

    Moi qui suis Garde d’Honneur de Notre Dame de Lorette,je souhaiterais que plus d’enfants Français viennent, pas seulement voir l’anneau mais aussi le cimetière de Lorette,sa tour lanterne,sa chapelle.J’ai pu constater encore cette année une importante présence de jeunes étrangers.
    Monsieur,je vous transmets mes salutations.
    Daniel Van Houtte

  2. Hopital Pauleette

    Bravo Léonce, j’espère avoir l’occasion de m’y rendre dans quelques jours.
    Excellent edito.

  3. Porquet

    J y vais très souvent….je l’ai vu en travaux
    Je vais sur les sites de la grande guerre depuis que je suis enfant,mon grand père qui avait fait les 2 guerres ,nous rappelait toujours au devoir de mémoire
    Vous n imaginez pas le nombre de cimetières militaires que j’ai arpente enfant
    Celui que je préférais c’était le cimetière chinois de Noyelle sur mer ,en baie de Somme
    C est celui qui m’impressionne le plus
    Enfant je me disais comme c’est affreux de mourir si loin de sa maman ou de sa femme,elles ne pourront jamais venir se recueillir sur la tombe de l’être aime….je trouvais cela tellement cruel ,inhumain et pourtant que ce cimetière est beau ( c ‘est la qu j ai appris ce qu était un coolies)
    On se croirait en Chine,allez y c’est tres curieux et émouvant
    Et il y a une.chose ,qui me scandalise,
    dont personne ne parle jamais c’est le camp de Dannes Camier
    Un camp de juifs ,la plupart venant d’Anvers2252 exactement et 650 français
    ils étaient dans ce camp pour construire le mur de l’atlantique(la cimenterie de Dannes!)
    Après ,quand ils étaient bien usés,plus bons a rien on les mettait dans des wagons à bestiaux à la gare de Camiers direction Auschwitz!
    Je me suis toujours étonnée que l’on en parle jamais aux enfants dans les écoles de la région……Ce fameux devoir de mémoire,quand fait on?
    C est sur que ,quand on est concernée on est plus sensible
    Je n’ai pas connu la guerre ,mais mon grand père avait toujours.es larmes aux yeux quand il évoquait sa maman fusillée sur le bord d’une route de Picardie et son beau père mort dans les bombardements d’Abbeville en protégeant son petit fils…..et je neparle pas de sa ville détruite,ils n’ont rien retrouve ,juste la médaille de mon arrière grand père,celle de l’école vétérinaire de maison Alfort dont il était sorti 2ème
    Alors Léonce on devrait faire quelque chose pour ses juifs de Dannes ,oubliés de tous
    Créer un musée,pour les enfants en s’inspirant de celui de la Shoah à Washington .C est très bien fait,c est une reconstitution de la vie d un petit juif dans les rues de Varsovie
    Au début on arrive dans une rue de Varsovie,il y a des cris d’enfants qui jouent,les bruits de la vie,on voit l’intérieur des maisons ,tout y était heureux avant………et puis des cris,des bruits de bottes…….le ghetto,on est dedans,c’est très impressionnant
    Et puis le pire,des hurlements et on se retrouve devant un wagon à bestiaux et puis le bruit du train qui s’en va…..on pleurait tous en sortant
    (je me souviens que le même jour nous avions été aussi à Arlington sur la tombe des Kennedy,qu’elle journée de larmes,mon grand père y avait été aussi à 80 ans toujours son fameux devoir de mémoire!)
    Alors pourquoi ne pas faire un petit musée dans ce genre la pour expliquer un camp aux enfants,et la Shoah
    Il n’y a rien de comparable en France ,rien n est explique aux enfants de cette façon,une reconstitution,mais pas violente,mais pour qu ils prennent conscience
    Les musées américains font appel a des dons privés,pourquoi ne pas essayer de monter ce genre de projet sur notre côté d opale
    La région pourrait aider,ce serait un projet pédagogique très intéressant
    Avec on pourrait faire une salle sur les hôpitaux qui soignaient les blessés de la grande guerre
    Ce serait un beau projet,
    Bien à vous
    Pascale

  4. HAGUENOER

    En un mois, j’ai vu l’anneau deux fois. la première c’était avec mon club Lions de Lille Renaissance…ce qui est normal quand on sait que le premier objectif du Lions Clubs International est de créer et développer un esprit de compréhension entre les peuples du monde. Cette première visite a été suivie d’une seconde avec les 39 jeunes de 27 pays différents que j’ai du animer dans le cadre des Centres Internationaux Francophones des Lions Clubs de France en ce mois de juillet. Au programme, avec les clubs d’Arras, ils ont pu voir Notre Dame de Lorette, l’Anneau du Souvenir, le monument canadien de Vimy et la carrière Wellington. En effet, il était important que ces jeunes prennent conscience des drames humains que peuvent engendrer les guerres pour qu’elles ne se reproduisent plus! Quand, au bout de trois semaines de vie commune, la russe et l’ukrainienne sont bras dessus bras dessous, que les jeunes des 4 continents représentés partagent les caractéristiques de leurs pays respectifs, histoire, économie, problèmes de société, religions, danses, chants, musique…les larmes viennent aux yeux car l’objectif est atteint, celui de l’entente, de l’amitié et de la compréhension. Réunis sans se connaître par la connaissance du français, ils repartent en pleine connaissance des vraies valeurs humaines qui conduisent à la paix dans le monde dont ils deviendront les ambassadeurs. La visite de cet anneau de Lorette a permis d’établir un débat et de constater notamment que ce chiffre gigantesque de 580 000 noms de soldats morts pour la France dans les combats de l’Artois représentait une véritable horreur. Et le pire est qu’après 100 ans, le bilan montre que l’Allemagne et la France sont toujours à la même place après deux guerres…autrement dit deux guerres pour ne rien changer au bout du compte! c’est le fruit de la réflexion de ces jeunes dont certains vivent actuellement des guerres comme la Syrie, la Palestine, l’Ukraine et la Russie. Des larmes ont coulé de leurs yeux et leurs consciences ont été mises en éveil pour que change l’humanité.
    Oui vraiment nous sommes certains que des ambassadeurs de la paix sont nés avec chacun des jeunes de notre centre!

  5. Guérin Mahieuw

    bravo Léonce oui tu as raison ! notre mémoire collective du Nord ceux,qui ont connu la guerre nous porte à penser comme cela …. hélas les jeunes générations sont trop occupées à jouer avec leur jeux électroniques qui leur annhilent le cerveau c’est désespèrant !
    bien que Einstein l’avait prédit !
    Amicalement Thérèse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les meilleures vacances sont celles de l’esprit | Léonce D. - […] causés par les forces islamiques qui sous le signe du fanatisme, veulent aujourd’hui installer, terrorisme à l’appui, le pouvoir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *