Fiers de Notre Passé, Confiants en Notre Avenir

Les gens du Nord sont-ils voués à continuer à porter la croix de la modestie, cette qualité propre depuis toujours aux travailleurs ?

J’écris cette question en lisant le titre d’une première page récente du quotidien national, portant le nom donnant sens à l’esprit qui anime ses rédacteurs et ses lecteurs, le journal la Croix.

Nous lisons en effet dans ce journal que « Le Louvre-Lens est loin encore de Bilbao ». Et loin d’atteindre le niveau international du succès de son musée, rayonnant désormais à partir de l’Espagne, à travers le monde…

C’était Bilbao qui avait provoqué dans l’esprit de notre président de région, Daniel Percheron, la volonté de faire de ce Louvre-Lens, le point de considération officielle d’une nouvelle ère de notre Nord-Pas-de-Calais.

Une nouvelle ère que nous avions voulu en l’ouest du bassin minier, ouvrir en équipe, sous l’impulsion d’une Jeune Chambre Economique et d’un Comité d’Expansion… il y a maintenant 50 ou plutôt près de 60 ans.

Nous appelions cette nouvelle ère, « la conversion de notre région minière ».

Quand le ministre de la Culture d’une époque plus récente, Renaud Donnedieu de Vabres, m’a dit en voisin de rang à l’Assemblée nationale qu’il achevait la mise au point du projet d’un musée issu du Louvre-Lens en Nord-Pas-de-Calais, je l’ai avec passion encouragé à agir jusqu’au but final d’un engagement officiel de l’Etat français dans ce but.

Et une pensée qui m’anime depuis plus de 10 ans, m’incite à proposer que ce ministre issu de la Touraine méritera que dans les prochaines années, son nom soit donné à une place publique de notre capitale lensoise.

Le Louvre à Lens, centre historique de notre région minière si laborieuse, si méritante, c’était en effet une idée géniale

Une décision nationale d’un intérêt capital pour offrir à la population du Pas-de-Calais minier, la récompense officielle de l’Etat français.

Les visiteurs se succèdent fort heureusement au fil des ans, en donnant ainsi au pays noir d’hier, le rayon de lumière qui méritera dans l’histoire d’être pérennisé, pour éclairer la qualité humaine d’un Pas-de-Calais marqué par l’histoire de la production charbonnière.

A quelques kilomètres du Louvre-Lens, il y déjà un lieu historique qui mérite d’être proclamé « terre sacrée du souvenir ». Celui où reposent des dizaines de milliers de combattants morts pour la France, et dont les croix évoquent la mémoire sur les collines de notre Artois.

A quelques cents mètres du Louvre-Lens, c’est la vie qui a déjà tracé depuis plus d’un siècle, le dynamisme sportif de la jeunesse de nos populations minières d’hier.

Et désormais du stade Bollaert à la colline de Lorette, les touristes du monde entier peuvent découvrir le témoignage de ce qui a été et de ce qui demeure la valeur humaine d’une population ancrée désormais dans ce que l’on appelle les Hauts de France.

Il a fallu à des générations successives, un sens profond de l’accomplissement de leur devoir de citoyens, pour que le Nord-Pas-de-Calais mérite aujourd’hui d’être considéré dans l’histoire du monde, digne d’incarner ce que la France élève au niveau le plus élevé : ce qui s’appelle l’âme d’un peuple.

Désormais des rivages de la Méditerranée, si séduisants pour ses visiteurs… au rivage de notre Manche, la France mérite sûrement des millions de touristes. Mais ce qui fait sa grandeur, en passant du sud au nord, par ses capitales régionales et sa métropole nationale, c’est que la France apparaît faite pour offrir à l’humanité jusqu’à la colline de Lorette, ce qui s’appelle une âme.

La rosace sacrée qui porte le nom des milliers de soldats a aujourd’hui une valeur humaine d’arc de triomphe. En notre Nord-Pas-de-Calais, tout en haut de la France, nous avons tous, issus des familles incarnant le nord de la France, de profondes raisons d’être fiers de notre passé et confiants en notre avenir.

Léonce Deprez


Un commentaire

  1. guitton henri

    La lecture de vos mails toujours enrichissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *