A l’Origine de notre Humanité, il y a un Silex… qui, sous la Main de l’Homme, fait Jaillir une Flamme !

Un silex frotté par la main de l’homme à un autre silex a fait jaillir une flamme. La flamme fait jaillir le feu. Le feu, qui à partir de l‘humain, permet la vie !

De ce constat, vient de naître, chaque mois, une revue nouvelle ! Elle porte le nom de Silex !

 

Sa raison d’être ? Donner du sens à l’innovation !

Deux fondateurs : Léonce-Antoine Deprez et Mathieu Vetter. Imprimée en France – Imprimerie Léonce Deprez. Là, ce n’est pas une innovation ! Cela sert à cela, une famille ! Assurer l’innovation dans la continuité ! Et la continuité dans l’innovation !

Alors, j’apporte la contribution de ma réflexion à mon petit-fils qui édite Silex, à mon fils et à mon petit-fils qui l’impriment, en faisant jaillir ma pensée, en la centrant sur les deux bases de la vie notre humanité, l’espace et le temps !

Deux valeurs confiées à l’humain, pour en tirer la vie ! Toujours, en innovant !

Nous sommes en crise ! Et pourtant, nous devons faire jaillir encore et plus que jamais la vie, de nos idées nouvelles, de notre espace territorial et de notre temps de vie, qui, fort heureusement pour nous, s’étend, dans l’espace et dans le temps !

J’en viens à la base de ma réflexion ! Pour qu’elle rejoigne le thème générateur de Silex !

Mon idée rejoint un grand que j’ai connu. Un grand auquel un autre grand, très grand celui-là, le plus grand de notre vingtième siècle, a confié la mission de valoriser notre territoire, celui de la France !

Il s’appelait Olivier Guichard !

Oui, c’était un Grand ! Un ministre de l’Aménagement du Territoire, que le général de Gaulle avait choisi pour restructurer et revitaliser la France et pour relancer la République, à partir de ses régions !

Je me suis ressenti, très vite, comme l’un de ses premiers disciples ! Il m’appela, pour succéder à Guy Petit, le maire de Biarritz, à la présidence de l’association des maires des villes de congrès de France !

 

C’était pour générer un
tourisme pluri-saisonnier !

Comment ? En lui donnant, comme bases de déplacements et de séjours, les affaires, les besoins de rencontres justifiés par la vie économique et sociale ! Rencontres à différentes échelles géographiques, à organiser, à partir de pôles touristiques attractifs, dans chaque Région, pour donner le goût d’évasion en des lieux et des sites attractifs : lieux à sélectionner et à promouvoir, à partir de 20 villes de congrès, s’imposant d’elles-mêmes, à travers la France, en première étape !

En vingt ans de présidence, nous sommes parvenus, avec Anne d’Ornano, avec le maire de Vichy, et avec les maires successifs de Cannes et de La Baule, disciples de Guy Petit et d’Olivier Guichard, à relever le défi de faire de la France, un des premiers pays du monde, pour accueillir congrès, expositions, conventions et séminaires.

Dans le même but, un dynamique Jacques Dermagne, œuvrait au nom du Conseil national du commerce et du Conseil économique et social, sous le signe d’un Comité français des expositions et conventions, auquel il m’avait demandé de participer au nom des maires de stations touristiques classées regroupées dans France Congrès.

Nous bénéficions à l’époque d’une politique d’expansion économique qu’incarnait à la tête de l’Etat, un Georges Pompidou.

Et chaque semaine à Paris, au siège avenue de l’Opéra, avec le concours d’une Aline Adam, donnant à chaque maire de station touristique, le goût de croquer dans la pomme du tourisme de congrès, nous avons pu rassembler les forces et stimuler les énergies de quarante autres stations touristiques classées !

Nous avons ainsi abouti, avec le soutien financier de l’Etat, pour réaliser les structures de base nécessaires en centres de congrès et en une hôtellerie diversifiée et performante, à générer une économie touristique viable et en assurer son avenir français et européen !

60 maires qui avaient compris que l’économie touristique, devait devenir rentable et viable, durant les 4 saisons de l’année ! Et d’abord, en organisant des séjours, avec le concours d’une hôtellerie française, dynamisée dans chaque région par le tourisme de week-end, puis par le tourisme d’affaires et de congrès !

Objectif commun : passer d’une économie touristique, à rentabilité incertaine et à emplois précaires, à une économie touristique 4 saisons !

Oui, j’insiste, une économie quatre saisons, les quatre saisons de la nature, assurant un progrès économique et social des régions !

Car la vie économique et sociale ne peut s’arrêter à la fin de vacances d’été, ou d’hiver ! Les temps libres en développement ne doivent pas devenir des temps morts pour l’économie régionale et nationale ! Ce temps libre des uns, progrès en notre siècle, doit devenir le temps de travail des autres, une exigence de tous les siècles !

La vie économique et sociale doit donc s’ouvrir aussi et se développer durant les saisons de printemps, d’automne, et d’hiver, à partir des besoins de respiration de notre monde moderne. A partir aussi, du besoin, de plus en plus ressenti, de contacts avec la nature qui stimulent les corps et les esprits. A partir enfin des besoins de rencontres générées par la vie économique. Mais aussi, par le développement nécessaire des solidarités en chaque corporation, entre les entreprises, et dans chaque territoire, entre les communes !

La vie économique et sociale impose aussi, de plus en plus, au fil des saisons de l’année, des rencontres permettant des croisements d’idées et d’expériences justifiées par les évolutions de notre société, en pleine mutation et en une Europe à unifier, de plus en plus dans un monde à humaniser !

Ces idées que j’ai développées, au fil de vingt et une années, depuis la tribune de l’Assemblée nationale, en élève d’un Olivier Guichard et d’un Guy Petit et en frère d’une Anne d’Ornano, mais aussi en chargé de mission d’un Bernard Bosson, ministre du Tourisme, je m’attache à les faire partager par les générations nouvelles !

Tant je pense, avec d’autres qui l’ont compris et qui le démontrent, à travers nos Régions, qu’elles sont porteuses d’avenir pour la France. Cette France qui est le pays le plus visité du monde et dont nous devons faire aussi le pays le plus productif en séjours, assurant une progression constante des chiffres d’affaires et des emplois liés à l’économie touristique.


4 Commentaires

  1. Guilbert Francis

    Mon cher Léonce,
    En ce 30 Décembre je vous souhaite à vous ainsi qu’à votre famille une bonne et heureuse année en espérant qu’elle sera meilleure que celle qui va s’écouler. La santé avant tout et j’espère de tout cœur que votre dynamisme habituel contribuera a donner des perceptives d’avenir pour l’ensemble des Français, pour les Touquettois qui ont l’air d’après moi complètement déboussolés devant la léthargie croissante de la municipalité actuelle. Pas de projet, que du rafistolage qui ne va pas dans l’esprit que vous nous aviez inculqué. Triste constat aussi bien pour la ville que pour l’intercommunalité. Mon père, s’il était encore de ce monde, serait offusqué de cette insouciance de nos hommes politique actuels qui ne pensent qu’à eux, à leur carrière sans se soucier de l’avenir de notre région « entre autres ».
    À bientôt Léonce et je me rappelle que j’étais à vos côté à Paris lors d’une réception ou Olivier Guichard était présent, cela a été et restera un merveilleux moment.
    Francis Guilbert

  2. I’m sheckod that I found this info so easily.

  3. Mercis, Jacques C.Au sujet de thierry, je partage moins votre étonnement que votre profond regret : il faut avoir une âme d’arapède* pour continuer aussi naïvement qu’au début. Dominique dixit.* ou « a(rap)ède aveugle » pour le clin d’oeil homérique de nos hôtes (sur le fil suivant)…

  4. Vielen Dank euch allen, die ihr so engagiert für AKZEPTANZ tätig seid. Schön das diese neue Homepage von Lisa so toll in Szene gesetzt wurde und von so vielen von euch mit Leben gefüllt wird. Eine echte Teamarbeit…nicht nur für Lausanne!Ich bin ganz schön stolz auf euch/uns!Jutta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *