Le Point du 01 février 2012

Le capital humain ,d’abord, sur tous les terrains de la vie !

Leçons de vie, en ce début d’année.

La première, qui doit nous donner le moral, je la formulerai en une ligne :

Le premier capital, qui doit occuper les esprits, après des années trop vécues sous le signe de l’argent-roi, c’est le capital humain.

Le premier capital qui crée des revenus, c’est le capital humain. Il ne s’agit donc pas d’opposer capitalisme et travaillisme, puisque c’est le capital, que doit représenter tout être humain au travail, qui doit générer un capital en valeur d’argent, ou de bien- être. Je l’ai dit et redit , au fil des ans , pour faire comprendre, par exemple, pourquoi il fallait, chaque jour, quatorze équipes de quatre ou cinq travailleurs communaux, passionnés par leur tâche, pour entretenir, boiser, fleurir, végétaliser, valoriser le territoire du Touquet-Paris-Plage , espaces dunaires , de plage, forestiers ou urbanisés compris. Et pour rendre la station séduisante, à partir de ses 1600 hectares, durant les quatre saisons de l’année. Je répondais ainsi à tel ou tel qui aurait voulu profiter du Touquet comme d’un beau jardin public ouvert à l’année, doté de tous équipements sportifs et culturels, d’une forêt et d’une plage, d’hôtels et de restaurants, sans en payer le prix. En vérité, le choix du Touquet, comme lieu de vie, secondaire ou principal, est lié à l’attrait quatre saisons de la station. Il s’agit donc de comprendre que c’est le travail des uns qui fait le plaisir d’y vivre des autres. Il faut être totalement imprégné d’égoïsme pour ne pas le comprendre. Autrement dit : A la base de toute réussite, cherchez le travail, cherchez l’homme ou la femme, ou les deux, cherchez l’humain !

Le premier investissement qui valorise un territoire, c’est donc l’investissement humain .C’est vrai en général : chaque entreprise industrielle, agricole, maritime, touristique, de services, artisanale ou commerciale confirme que sa valeur première est la valeur humaine .S ‘il n’y avait pas eu Steve Jobs , il n’y aurait pas d’I-Pad ! Sans les courageux marins, il n’y aurait pas eu le port d’Etaples ! Sans les créateurs et gestionnaires d’Imprimeries ou d’hôtels, il n’y aurait pas de techniciens à l’emploi durable dans les ruches que sont ces sources de vie !

Ce capital humain, au niveau d’une nation, il a révélé la force qu’il représente, ce récent dimanche de Janvier, quand il y a 20.000 personnes rassemblées au Bourget ! En démocratie, c’est cette force qui est la première porteuse d’énergie et d’espérance. Tout le Nord de la France le sait : Au stade Bollaert de Lens, la première force du club, c’est le peuple des tribunes dont les voix semblent jaillir du fond des puits de mine.

L’humain, c’est à la fois l’alpha et l’omega. Le point de départ et la finalité. C’est le chemin et le but.

Vivant , cette semaine, une assemblée de club sportif , faite de multiples visages dont le plaisir de vivre et de vaincre a tendu, ces cinquante dernières années, à regarder dans la même direction la couleur de l’équipe porteuse d’un maillot vert, en un centre sportif de rêve d’une commune qui m’est chère, je ressentais, au côté de mes deux ardentes voisines, la gravité et l’intensité de l’affrontement opposant les uns aux autres. J’ai donc pensé nécessaire de rappeler que la richesse première est la richesse humaine. Celle d’un club de football, aussi bien que celle d’une entreprise, d’une station touristique, ou d’une République. Quand un club perd ses valeurs humaines, de dirigeants et d’équipiers, affirmées au fil des ans, il perd ce qui a fait son unité et son âme. Et ses capacités de résistance aux coups de vent. Car, sans union créant une unité et une dynamique, c’est-à-dire, sans une force d’esprit commun, rien ne dure !

Quand on y a été attaché pendant quarante ou même vingt ans, Il n’est pas supportable de voir son club se dévaloriser. La vie sportive est faite pour viser la victoire. Cette victoire impose un déploiement d’énergies dans le même sens. Un déploiement durable. Comme le Touquet-Athletic Club l’a vécu pendant ces vingt dernières années.

La tête, les jambes, le cœur, la passion des dirigeants et des supporters, la sécurité d’esprit d’un emploi pour les équipiers du club, c’est le tout qui fait la valeur et la continuité d’un club. Et qui entraîne, au cours des saisons sportives, les contrats de publicité des entreprises régionales, permettant l’équilibre final des budgets … Et, en récompense pour la ville nourricière, une contribution appréciable à sa promotion.

Quand il n’y a plus de rassemblement possible de ces énergies, par suite de visions opposées sur les objectifs et les moyens, que faire ? Le bon sens impose, dans un club, de faire appel à un groupe restreint de « sages Anciens », anciens joueurs ou anciens dirigeants, qui représentent l’histoire du club C’est à ces Sages de proposer à ceux qui s’opposent aujourd’hui la voie la meilleure pour sortir de la crise. Et, dans le calme retrouvé, c’est à l’assemblée générale du club d’approuver, ou de compléter, si besoin, le plan conditionnant la survie. Et de permettre l’avenir.

C’est aussi vrai, pour remettre les humains en marche, dans une Commune ou dans une République… En démocratie, la décision finale, re-mobilisatrice, ne peut venir que du peuple. Mais, avant le vote, ce peuple doit être bien éclairé et bien comprendre les données du problème et les solutions qui peuvent lui être apportées, à court terme et à long terme.

Quand le terrain cesse d’être occupé par ceux qui s’opposent, il s’agit, en quelque sorte, de l’ouvrir à nouveau , à la joie de vivre, aux émotions de la compétition, de remettre la pelouse en état , les talents en capacité de marche, les dirigeants et les supporters côte à côte dans la tribune, l’arbitre et la balle… au centre du terrain ..C’est alors l’humain, sur ce terrain, qui se mouille le maillot, l’humain qui permet de marquer des buts ou d’empêcher d’en prendre !

L’humain qui fait gagner, l’humain qui rassemble, l’humain qui fête les victoires !

* et la balle …au centre …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *