Le Point du 21 juillet 2010

Un besoin de pureté

196.000 euros. C’est le montant de la facture de la prestation d’Usain Bolt pour le 100 mètres du 16 juillet sur la piste aux étoiles du Stade de France. En 2009, elle était de 154.000 euros …
Un « intermédiaire » a dû se glisser entre l’athlète et les organisateurs pour alourdir la note.
A ses côtés sur la piste, le premier des Français à être descendu sous les 10 secondes s’est visiblement contracté et n’a pu nous offrir qu’une 5ème place, en 10 secondes 09. A 20 ans, le jeune Christophe Lemaitre a avoué avoir ressenti la pression des media et de l’enjeu représenté par l’argent engagé… Le grand Jamaïquain, à la foulée majestueuse, non content de n’avoir fait que 9’’84, a tenu à préciser, lui, qu’il n’aimait pas courir seulement pour de l’argent …Il n’ira donc pas courir au prochain meeting à Londres. Pourvu qu’il dise vrai ! Et que les jeunes l’entendent !
Si j’évoque, en ce juillet de soleil d’or, ces questions d’argent, c’est parce que les Français ressentent en eux la place excessive insipide que l’argent tient en notre monde … Ils font le constat que ce monde se trouve , de plus en plus, y compris en arrivant dans les rues du Touquet et en voulant y stationner leur voiture, soumis au pouvoir de l’argent ….Si au moins, c’était la sécurité d’un parking souterrain qui leur était offerte, comme il avait été prévu, en 2008, sous la place voisine du centre-ville, sur le front de mer de la station des quatre saisons !
L’argent, en effet , doit demeurer un moyen de vivre et de financer des investissements privés
et publics . . . Et ne doit pas être une fin en soi…. Or que constate- t-on ? L’actualité de ces semaines de juillet a regorgé de nouvelles et de feuilletons liés à des rémunérations et à des dépenses publiques ou privées heurtant le bon sens populaire. Ceux et celles qui triment pour gagner leur vie ne peuvent ni comprendre ni admettre les dépenses ni les gains dépassant des mesures telles que l’idée est venue de faire du feuilleton de cet été un film de cinéma.
La liberté, en vérité, ne peut être un socle du pacte républicain que si elle est associée, en notre 21ème siècle, au mot de solidarité et au mot de justice. Les rapports entre le pouvoir et l’argent demandent donc à être revus et corrigés, si notre démocratie française veut demeurer un modèle de société. Ou le redevenir.
Certains des leaders africains, dont la présence le 14 juillet, place de la Concorde, devait avoir un caractère symbolique, devraient avoir en eux mauvaise conscience, en se retrouvant à Paris propriétaires de beaux immeubles, acquis par achat direct ou indirect ou par héritage présidentiel paternel !
Il est essentiel qu’ils trouvent chez nous le bon exemple dans la conduite des peuples… Il est donc urgent d’écrire, au niveau de nos Républiques européennes, une charte déontologique susceptible d’éclairer les démocraties naissantes et de faire réfléchir les élus, à tout niveau, sur la notion de service désintéressé des populations dont ils revendiquent les suffrages .Une charte exprimant le respect de la rigueur morale dont doit faire preuve tout détenteur de pouvoir dans la conduite des populations , des communes , des régions, des nations, comme dans la conduite des entreprises .Si l’on veut que l’autorité soit respectée , il faut qu’elle soit respectable . Attention, en effet ! Il n’est pas exclu de penser que les manifestations consternantes de violences individuelles ou de groupes révoltés, évoqués si tragiquement par certains faits divers cette année puissent être, partiellement au moins, les conséquences nauséabondes, en bas, de dérèglements et de convoitises dont il arrive que le haut soit le reflet !
Le besoin de pureté que le morceau de ciel bleu de ces récentes journées d’été vient de symboliser en notre ciel de France devient une exigence ressentie par les citoyens à l’égard de ceux qui ont l’ambition de les représenter. Les nouvelles générations expriment, très majoritairement, cette exigence. C’est tant mieux ! L.D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *