Le Point du 27 octobre 2010

C’est leur avenir qui les pousse dans la rue !

Ce n’est pas leur retraite, c’est la vie, leur vie, leur avenir, qui les pousse dans la rue.
Pourtant, par rapport aux générations qui, au siècle passé, ont vécu les guerres, jugées fratricides aujourd’hui, entre nations d’Europe, on pourrait les croire heureuses de se savoir vivre en paix, ces foules qui manifestent à Paris et dans les rues de nos grandes villes !
Ne les jugeons pas trop vite ! Elles vivent, ces générations nouvelles, dans la peur de leur futur !
Elles expriment l’inquiétude de générations qui craignent demain. Et qui, déjà aujourd’hui, se retrouvent, pour trop de Françaises et de Français, enfermés dans le chômage, et-dans des casernements concentrationnaires de banlieues sans âme !
Reconnaissons que les images du présent qu’on leur offre à la télévision, d’une Franc e en voie de désindustrialisation et de campagnes se vidant de ses ressources humaines, a de quoi justifier
l’inquiétude des jeunes et l’angoisse des adultes, tels ceux qui, depuis trente ans , travaillaient à la raffinerie de Dunkerque …
Il faut- dire aussi que le peuple français, dont on a oublié le message traduit par des abstentions
massives aux dernières élections, tourne de plus en plus le dos au spectacle offert sur la scène politique envahie par l’enjeu obsessionnel de l’élection présidentielle. Et que ce peuple ne trouve pas dans les affrontements permanents pour accéder à Matignon ou à l’Elysée les éclairages que les élus ont mission d’apporter dans une démocratie. On ne parle plus qu’élections et carrières politiciennes à un peuple français qui a besoin d’être éclairé et entraîné vers son avenir.
On lui avait fait espérer la force d’entraînement d’une Europe unie capable de faire face et d’imposer un respect de la dignité humaine à des peuples émergents dont les produits, à bas coût de main d’oeuvre, envahissent de plus en plus nos grandes surfaces.
Les Français ne trouvent ni dans les exposés ni dans les débats de leurs assemblées parlementaires, française et européenne, les réponses à leurs préoccupations et les lignes d’horizon que les progrès de l’humanité devraient leur faire espérer.
Ajoutons que les réformes nécessaires au maintien de la France dans le peloton de tête des nations exportatrices et au P.I .B. élevé par habitant, imposent, à tout niveau , un effort approfondi de dialogue social et une volonté de cohésion sociale , tendant à associer les forces vives de la nation contribuant à la vitalité de notre économie nationale .
Le désastreux affichage d’affaires politico-financières révélant les déséquilibres d’une société fait e d’un monde de plus en plus riche et d’un autre, classe moyenne comprise, s’appauvrissant de plus en plus, attise le feu d’un mécontentement et de frustrations qui ont trouvé dans l’insuffisante recherche d’un accord consensuel sur la solution au problème des retraites, l’occasion de s’exprimer, au détriment de notre économie nationale, enlisée dans la crise dont elle n’est pas encore sortie .
Ne cherchons pas trop l’exemple des réformes abouties en Allemagne. Pour y parvenir, le peuple allemand a su s’imposer de soumettre son pouvoir politique à une grande coalition nationale
rassemblant ses forces sociales et libérales, sous l’impulsion d’un leader démocrate-chrétien, nommé Merkel et d’un leader travailliste socialiste nommé Schroeder.
Il faudrait parvenir à réaliser cette grande coalition en France pour donner suite à l’amendement qui vient, en dernière heure, d’être voté au Sénat, approuvé finalement par le Gouvernement. Un amendement portant sur la mise en place d’un régime universel par points, pour 2013, comme il en existe en d’autres pays européens, afin d’assurer le libre choix des assurés. Système, à la Suédoise, auquel le syndicat C.F.D.T. est favorable. Sur un sujet aussi important pour l’avenir du peuple français, il faudra aboutir à un tel accord consensuel. Et sans attendre 2013 ! Car, pour sortir la France de ses faiblesses actuelles et donner aux générations nouvelles, espoir en l’avenir, impossible d’aborder l’avenir avec une France coupée en deux ! L.D.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *