Le Match des Quatre E

L’Enduro(pale) du Touquet a connu en janvier 2016, son succès habituel. Et, piloté par un ami fidèle, Hervé Diers, j’en ai vécu sur la plage en longeant la mer, l’intensité des émotions et admirations qu’il provoque.

Je pense utile de revenir, pour bien faire comprendre le sens de l’événement, sur les conditions de sa naissance. Et ce d’autant plus que j’ai pu saluer avec beaucoup d’émotion Gilbert, père de Thierry, venu vivre la 30ème édition sans son fils !

C’est une belle histoire. Mais tragiquement interrompue. Ainsi hélas, se vit la vie !

Gilbert Sabine et Léonce Deprez

Gilbert Sabine et Léonce Deprez

Thierry Sabine venait de terminer sa formation EFAP aux Relations publiques à Paris. Je le revois, couvert d’un manteau beige très élégant, gants de peau à la main, tel un fils de famille très bien éduqué. Il attendait patiemment un jour de l’année 74, que je le reçoive dans mon bureau de maire.

J’avais déjà rencontré le beau Thierry dans une tenue d’habit rouge de cavalier de concours hippiques, alors au Centre sportif du Touquet. J’avais été très lié à son grand-père maternel, Robert Singier, commerçant béthunois du boulevard Poincaré, réputé dans l’art de la photographie.

Thierry, passionné aussi de moto, avait déjà vécu, suite à une panne de moteur, 24 heures d’angoisse dans le désert, au cours d’un rallye dans le Sahara.

Tout ému de me retrouver, il me dit être venu pour me faire une confidence. Il avait fait un récent rêve.

Son rêve… c’était d’organiser une course de motos au Touquet

Je lui répondis que c’était une excellente idée. Mais qu’il fallait lui donner vie en pleine saison d’hiver et sur la plage, pour en faire un grand événement des quatre saisons de la station.

Très vite je me rendais compte que c’était le rêve d’un étudiant voulant s’engager dans une vie professionnelle répondant à ses souhaits intimes. J’ai compris aussitôt qu’il fallait donner à ce Thierry les moyens financiers de sa belle ambition. Son père, Gilbert, chirurgien-dentiste de la région parisienne, finançait déjà ses chevaux de concours hippiques. Et l’Enduro que Thierry proposait demandait une structure importante d’organisation professionnelle.

C’est au Touquet qu’il fallait bien sûr la créer, en mettant à profit les services techniques municipaux.

C’est ainsi que je lui proposais, après quelques minutes seulement de réflexion, de lui ouvrir sa vie professionnelle en l’engageant comme attaché de communication, au sein de mon cabinet de maire du Touquet. Thierry fut tout heureux d’accepter cette première proposition d’emploi, pour lancer sa carrière.

Tout est parti de là !

Le lancement de l’Enduro des sables était le premier objectif. Et comme il était aussi excellent cavalier attaché aux sports hippiques, je lui confiais aussi l’organisation du grand concours équestre annuel.

Il s’acquitta de sa tâche avec talent. Et les « Evénements », qui, dans une station touristique maritime, remplacent et complètent l’attrait du soleil, devinrent le troisième des quatre piliers de la politique des quatre saisons que je voulais lancer et proposer en France, à partir du Touquet comme exemple vécu.

La dynamique des quatre saisons se créa ainsi, stimulée d’année en année, sous l’impulsion de grands coéquipiers dont j’ai situé avec reconnaissance, le concours qu’ils m’ont apporté dans mon récent livre de mémoires.

De notre Enduro hivernal, ils ont été les animateurs, dont le nom méritera de rester dans les mémoires.

Le distingué antiquaire Frédéric Harrewyn fut l’un des premiers à y croire. Il était un grand ami
De Thierry. A ses côtés, au nom des commerçants, il y avait un inoubliable Jean Buchman le commerçant animateur infatigable de la rue Saint Jean, vice-président de l’Office du Tourisme, dont Annie Cools fut la directrice durant de nombreuses années. Il y avait aussi un Serge Pérard, dont la soupe de poissons réchauffait les corps en plein hiver.

Mais à la base du succès de l’Enduro, il y eut aussi le personnel de la ville du Touquet dirigé par deux figures qui laisseront leur nom attaché à l’histoire du Service Technique de la ville : Francis Sauvage et Stanis Wiacek.

Je pensais à eux, avec émotion, ce dimanche 31 janvier, à l’heure du départ de l’Enduro 2016. Le vent soufflait. La pluie giclait sur les visages. Mais l’esprit en nous, et dans tout le public, était toujours vivant. L’esprit de l’Enduro du Touquet.

Thierry m’était apparu le coéquipier idéal pour créer dans l’opinion publique le choc permettant de croire à la possibilité de générer l’animation des quatre saisons d’une vie touristique dans le Nord-Pas-de-Calais. Et c’est pourquoi en décembre 1985, à Rouen, à l’occasion d’un rassemblement préalable au lancement d’un Paris-Dakar, en présence de Jean Lecanuet, le maire de la ville, ressentant que son avenir pouvait être lié à cette vocation d’organisateur d’événements, je faisais signer à Thierry, son accord pour être mon 3ème de liste aux premières élections régionales Nord-Pas-de-Calais.

Hélas l’accident dramatique est survenu quelques semaines après. Thierry aurait du être ainsi élu à mes côtés, conseiller régional Nord-Pas-de-Calais.

Avec le lancement de l’Enduro, notre but était commun : vaincre le désert de l‘hiver sur la Côte d’Opale. Et faire de l’Enduro, une fête de l’hiver pour la jeunesse du nord de la France.

Dans mon esprit de maire, c’était la meilleure action possible pour donner à la Côte d’Opale et à tous ceux dont la vie professionnelle y était attachée, l’espoir de donner une attractivité touristique au littoral tout au long de l’année.

C’était le temps où je pensais déjà aux quatre E, c’est-à-dire les quatre clés nécessaires à la mise en vie d’une économie touristique tout au long de l’année. Quatre conditions essentielles à remplir du nord au sud de la Côte d’Opale : Environnement, Equipements, Evénements, Encadrements ( formation des professionnels et associatifs). Quatre atouts plus que jamais nécessaires à une époque où l’Hexagone perd des parts de marché dans le domaine du tourisme.

Léonce Deprez


4 Commentaires

  1. ROBETTE-PAPET Gérard

    J’attendais depuis quelques semaines cet hommage et ces souvenirs à l’occasion du 30ième anniversaire . Merci Léonce !

  2. ROBETTE-PAPET Gérard

    Et ces Quatre E , qu’ est ce que vous l’ avez évoqué , proposé , expliqué , développé ! Dommage que certains n’ aient pas écouté !! Ou voulu comprendre !!!

  3. Guérin TH.

    bravo pour tout ce que tu as accompli !…. amicalement TH.

  4. André

    les ans n’auront donc jamais de prise sur toi ! Toujours à regarder et à faire des projets d’avenir, sans jamais oublier le passé et les piliers sur lesquels tu t’es appuyé.3.. Amitiès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *