Un mois de tragédies qui doit faire réfléchir

Puisque, ciel gris ou bleu, les Français sont en vacances, ils ont tout le temps de réfléchir.

Ce mois de juillet leur en donne le devoir. Et d’abord, celui de penser aux familles dont les tragédies vécues à travers le monde, en ces semaines d’un été dramatique, révèlent l’urgence d’une gouvernance à l’échelle des continents, et non plus seulement des États nationaux.

Un monde qui voit se briser des centaines de vie, en un vol, au-dessus de l’Ukraine, devrait être soumis à une gouvernance mondiale sous le signe de l’Organisation des Nations Unies.

Un monde qui voit des avions décoller, malgré la menace d’orages violents, prévisibles en journées ou en nuits de grandes perturbations dans la zone centrale de l’Afrique ou au dessus de l’Asie du sud-est devrait être soumis aux règles d’une gouvernance mondiale interdisant ou autorisant les envols.

Un monde qui voit la Libye ou l’Irak, après la chute provoquée de leurs dictateurs, soumis à un affrontement sanglant, des milices acharnées à capter le pouvoir et les ressources en pétrodollars qui en dépendent, devrait, au 21ème siècle, être dépendant d’une gouvernance des Nations Unies, jusqu’à l’accession des peuples à un niveau suffisant de démocratie.

Comment à Gaza et en Terre… Sainte du Proche Orient, après que le Pape François, quelques semaines avant, eut invité les deux chefs d’Etat appelés à se respecter et à coexister, en une rencontre historique en sa maison du Vatican, et à participer à une prière commune adressée à une Providence céleste souveraine, les hommes politiques de ces deux Etats peuvent-ils encore, en 2014, décider de soumettre leurs peuples à un massacre quotidien ?

Je peux pourtant témoigner, pour avoir partagé un repas avec lui, à ses côtés à Tel Aviv, avec une délégation du groupe d’amitié France-Israël de l’Assemblée nationale, que le Président Shimon Peres est un vrai démocrate recherchant la paix entre les deux peuples à partir de deux Etats !

En notre Union Européenne, où l’on voit les pêches espagnoles déversées et gâchées sur les routes, et leurs producteurs s’affronter verbalement, alors que leurs produits devraient être l’objet d’une politique européenne commune respectable, assurant un juste équilibre pour que les prix permettent de faire vivre les producteurs espagnols et français, tout en satisfaisant les consommateurs européens, comment les gouvernants nationaux peuvent-ils continuer à reporter à plus tard, le temps où ils se doteront d’une gouvernance européenne commune ?

Enfin, en France, comment continuer à ne pas suivre l’exemple d’outre-Rhin en nous donnant une gouvernance vraiment européenne, alors que nous voyons l’économie allemande afficher un P.I.B. dépassant de 5% le niveau de P.I.B. de l’avant crise 2008-2012, et que le taux de chômage est descendu en Allemagne à 5,2% de la population active ? Comment accepter de voir nos élus continuer à mener leur carrière politicienne, c’est à dire de penser obsessionnellement à eux, plutôt qu’aux Français ?

Crions-leur :

« Assez de temps perdu ! Soyez de vrais européens ! Et comprenez donc que la France a besoin désormais d’une vraie démocratie européenne, et le monde d’une gouvernance mondiale pour interdire les crimes actuels contre l’humanité, et pour faire respecter des règles de protection des vies humaines ! Une gouvernance mondiale aussi, pour assurer la sauvegarde des ressources de notre planète et de notre humanité qui en a la charge ! »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *