Nord-Pas-de-Calais-Picardie : un Nouveau Destin !

Saisissons la chance des records d’affluence cet été sur notre Côte d’Opale, pour le rappeler à tous nos visiteurs : la Côte d’Opale mérite de plus de plus de les attirer tout au long de l’année. Sa situation géographique le justifie tout autant que les attraits de ses paysages, de Calais à Beauvais.

Je le rappelle d’autant plus à tous nos visiteurs, que le Nord-Pas-de-Calais s’est enrichi en 2016, en intégrant en son sein, la Picardie voisine.

Les trois mots, de Nord-Pas-de-Calais-Picardie, la projetant sur la carte d’Europe se relient facilement en notre langage. L’idée d’élever son appellation au niveau des « Hauts de France », ne peut que servir notre cause.

Il est vrai que, nordistes et pas-de-calaisiens, nous nous sommes aussi partiellement picards. Surtout sur notre littoral.

Avec Emmanuel Macron, un ministre qui fait honneur aux professeurs de son ancien collège de la Providence à Amiens (dont je fus aussi l’élève en… 1939 !), nous nous ressentons attachés aux mêmes horizons.

De notre capitale lilloise à celle d’Amiens, du port de Boulogne au stade Bollaert à Lens, du beffroi de Dunkerque au beffroi de Béthune, notre vie est riche d’un capital territorial, d’attrait international.

Nos populations sont entrain de comprendre que nous avons la chance d’occuper sur une carte du monde, le haut de la France. Et que le territoire de ces « Hauts de France » fait de nous des privilégiés du futur !

Pourquoi ? D’abord parce que nous faisons corps avec un cœur ! Le cœur de l’Europe

L’Europe, c’est ce que notre planète peut offrir de meilleur en équilibre de vie, en notre humanité de ce 21ème siècle…

La preuve, nous la vivons déjà. C’est que 45 millions de touristes viennent séjourner chaque année en notre Nord-Pas-de-Calais. Notre territoire occupe ainsi une position stratégique au cœur de l’Europe du Nord-Ouest et d’un triangle d’or Londres-Paris-Bruxelles. Ce qui veut dire que 45 millions de touristes, en un an, sont potentiellement à notre portée dans un rayon de 250 km. Des touristes auxquels désormais 6 millions d’habitants de notre grande région doivent souhaiter la bienvenue. Et 100 millions dans un rayon de 300 km seulement.

Y pensons-nous suffisamment ? Les élus de nos territoires attractifs et les investisseurs en projets hôteliers commencent seulement à penser à la chance exceptionnelle que représente le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, sur une carte du monde. C’est pourquoi depuis près de 50 ans, j’ai pensé que Nord-Pas-de-Calais avait une véritable vocation de région touristique d’attrait international.

Ce Nord-Pas-de-Calais-Picardie, il est possible en effet de le rejoindre par tous moyens de transports complémentaires, qu’ils soient routiers, ferroviaires, aériens et maritimes grâce à la Manche.

Si je tiens à l’écrire, c’est parce qu’en pérennisant l’aéroport du Touquet, avec le soutien jadis de municipalités dynamiques et celui de la région Nord-Pas-de-Calais, depuis 50 ans, je pensais qu’il pouvait être complémentaire de son grand frère l’aéroport de Lille. Le dynamique aéroport de Lesquin dirigé par l’ami Jean Christophe Minot, qui, déjà en 2015, accueillait 1,6 million de passagers, dont 40% débarquent sur notre territoire de grande Région soit 639 000 passagers entrants chaque année.

Je pense nécessaire de rappeler ces données, en cet été venteux mais ensoleillé.

Nous accueillons déjà, sur notre territoire de grande région des « Hauts de France », plus de 175 millions de passagers par an.

Un bon nombre n’y vient que pour y travailler qui peuvent devenir de plus en plus nombreux comme touristes.

Des quatre coins de France, les temps de trajet en avion sont des temps de record : environ 90 min pour traverser notre pays de Strasbourg ou Bordeaux vers Lille ou Marseille, ou Genève.

Et pourquoi tant de clients déjà attirés par Le Touquet et aimant surtout la mer, ne pourraient-ils pas saisir les chances d’y bénéficier d’un port de plaisance ?

Notre région Nord-Pas-de-Calais à vision « Percheronienne » traduite par un anneau mémorial unique au monde sur les collines de Lorette, a déjà su se rendre digne de recevoir ses millions de visiteurs…

Depuis son Louvre-Lens à son Nausicaa de Boulogne, de ses 47 musées de France à ses vestiges de ses bassins miniers d’Artois, de sa piscine musée de Roubaix où rayonne Chagall à sa thalassothérapie du Touquet, de son beffroi d’Arras à celui de Béthune, le Nord-Pas-de-Calais a déjà fait un grand chemin en effort de mise en valeur et en vie de son territoire.

Il s’agit aujourd’hui de poursuivre cet effort

C’est d’abord des équipements hôteliers qu’il faut élever au niveau d’une clientèle internationale qui ne doit pas cesser de progresser en notre 21ème siècle.

Léonce Deprez


Un commentaire

  1. SERGE WOSIEK

    bonjour
    comment aussi mieux, autrement impliquer la population régionale, locale ?
    une vague impression d’un manque de mobilisation dans son propre espace personnel!
    meilleurs souvenirs JCI
    on m’appelle maintenant papy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *