Ohé, les élus !

Une bonne nouvelle entendue ces dernières semaines en direction de notre jeunesse.

Un nouveau plan d’action pour l’apprentissage !

20 millions d’euros ajoutés aux 150 millions en vue de passer de 33 000 à 50 000 apprentis d’ici la fin du mandat des élus régionaux.

Ce geste de l’Etat se traduit par un triplement de l’aide aux entreprises.

Et un soutien financier aux apprentis.

Soutien nécessaire et à renouveler chaque année dans le budget de la nation, car l’investissement qui doit demeurer prioritaire doit être centré sur notre jeunesse.

La politique de l’apprentissage des jeunes, ce fut la première cause que j’ai tenu à défendre en devenant Député du Pas-de-Calais en 1986 !

Je me souviens de l’encouragement que mon voisin à l’Assemblée nationale, Jean Royer, maire de Tours, m’avait alors donné. Je voulais y faire ma première intervention dans un débat à l’Assemblée nationale.

« Vas-y petit ! », me dit presque paternellement, ce Jean Royer qui fut une figure de proue, pour le développement de nos régions de France.

En 2016, nous en sommes encore à vouloir combler un retard à ce sujet, par rapport à la politique de nos voisins allemands.

Nos PME-PMI ont eu, fort heureusement, depuis 50 ans, la volonté de faire de l’apprentissage des jeunes, une des grandes causes nationales !

Mais les élus nationaux ont trop longtemps tardé à entraîner l’Etat à créer un partenariat avec les entreprises, tant ils étaient attachés à maintenir l’enseignement sous le monopole de l’administration de l’Education Nationale.

Notre région Nord-Pas-de-Calais a su se situer à la pointe d’une coopération étroite avec les entreprises PME, pour assurer la formation professionnelle des jeunes.

Et nos lycées techniques professionnels ont su s’ouvrir à la politique de la formation par alternance que favorisait dans le passé, la vie industrielle de notre région Nord-Pas-de-Calais.

Un Guy Debeyre qui fut mon professeur, mon doyen de faculté de droit et mon recteur lillois, avec un Gérard Dehove, grand professeur d’économie politique à ses côtés, a été à la pointe d’une politique d’ouverture aux entreprises pour la formation des adultes du Nord et du Pas-de-Calais, au sein des nouvelles industries.

Je ne pensais que faire mon devoir dans ce domaine, en ma région minière à convertir, mais Guy Debeyre ne cessa de m’encourager à développer l’apprentissage, en allant jusqu’à me faire officier des Palmes Académiques. A l’époque, quand j’ai reçu ces palmes, de ses mains, j’en avais les larmes aux yeux.

Le Groupement Interprofessionnel de la Région de Béthune pour la Formation des Adultes (le G.I.R.B.A.F.A.) que j’avais créé avec de jeunes entrepreneurs et de jeunes fonctionnaires, est un souvenir qui ne m’a pas quitté. J’avais à mes côtés, pour soutenir les efforts de la Jeune Chambre Economique et du Comité d’Expansion de l’ancien bassin houiller du Pas-de-Calais, le sous-préfet Roger David et les maires, de toute tendance des communes minières.

Recteur et sous-préfet tenaient à montrer que la formation professionnelle était aussi l’affaire des P.M.E.

Michel Delebarre, gendre du recteur Debeyre, sut prolonger cette action, au sein de la région, en étant relayé, avec passion, par un Daniel Percheron, professeur d’histoire et de géographie issu du bassin minier.

Ce Guy Debeyre, c’est tout dire, avait été le premier président du Comité d’Expansion Régional créé dans le Nord-Pas-de-Calais (le C.E.R.E.S.).

C’était la première assemblée créée dans le Nord-Pas-de-Calais pour fédérer les énergies, des chefs d’entreprises et des élus des territoires.

On oublie trop aujourd’hui que la création des lycées techniques professionnels a été à la base de la politique guichardienne de l’aménagement du territoire.

La première tâche des élus n’est pas en faisant de la politique, d’assurer leur carrière professionnelle, mais d’assurer celle des générations nouvelles.

Il est temps de rendre à la politique tout son sens

« Ohé, la gauche », a lancé, il y a quelques semaines, un ministre percutant du gouvernement Valls, Monsieur Le Foll. Il s’agit en fait de rassembler les élus, en les sortant des cases de leur parti respectif, pour lancer de la Place de la République aux places de nos villes et de nos villages, un appel pour rassembler au-delà des clivages, et dont le sens doit être : « Ohé, les élus, pensons d’abord à assurer aux jeunes une formation professionnelle ! »

Léonce Deprez


4 Commentaires

  1. Michel CAPELAIN

    Vous avez toujours dit que la jeunesse était notre avenir a tous.
    Les politiques ne représentent plus l’avenir de cette jeunesse.
    Laissons la formation professionnelle dans les mains des entreprises.

    En Marche !

  2. Of the panoply of website I’ve pored over this has the most vecytira.

  3. lige noget helt andet, angående babyforums, kan jeg varmt anbefale baby.dk. Jeg har selv været derinde i 2 år og er rigtig glad for det. Der er proff personale tilknyttet til de lidt større spørgsmål og siden har en masse features!

  4. Tampoco creo que sea para tanto, mi hija se ha puesto un piercing en el ombligo (con permiso eso si..) y esta bien mona….. aunque con esta edad todo les queda bien …………….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *