Oui, les Français ont connu des mois de bourrasques et de graves inondations. Des tempêtes renouvelées qui ont endommagé leur territoire et perturbé leur vie.

Oui, d’autres tempêtes se sont levées, qui ont divisé inutilement notre société, pourtant unie, en sa conscience profonde, pour sauvegarder la valeur de base qu’est la famille, et, en même temps, pour respecter la liberté et les droits de chacun dans sa vie privée personnelle ou en duo. Et, selon sa foi et sa religion.

Oui, les Français se sont rebellés, et se rebellent encore, pour exprimer leur refus d’impôts trop lourds qui aboutissent à étouffer notre Économie nationale et locale !


Lire la suite

Il était des nôtres, Antonio !

Tonio était des nôtres, au Touquet Paris Plage

Et de notre station, un des plus beaux visages !

Séduit par une Berckoise, qui lui apprit l’anglais,

Il se sentit soudain un cœur battant français…


Lire la suite

Question essentielle, imposant réponse, à vingt-cinq jours d’une élection dite municipale, en une ville, qui m’est tout particulièrement chère :

Quelle est la raison de la création et du développement économique nécessaire d’une station touristique ?

Je me suis posé la question depuis le jour où le Docteur Pouget, maire du Touquet dans les années d’après-guerre, ami de mon père, notaire à Béthune, m’avait demandé de lui venir en aide, alors que j’étais président national des Jeunes Chambres Économiques.

Objectif : 24 ans après la guerre 39-45, et face au spectacle persistant et attristant de grands hôtels démolis par les bombardements, redonner vie et avenir à la station.


Lire la suite

Il avait raison, l’historien Christian Petitfils, quand il répondait à Pauline Quillon, journaliste à Valeurs actuelles, que l’Histoire de France est fondamentale pour structurer les consciences aujourd’hui.

L’éducation des jeunes français impose donc de maintenir la règle programmatique du respect des siècles de notre histoire. Sinon, les enfants de France seraient privés du capital de connaissances qui doivent leur être enseignées, pour comprendre ce qui a fait la France, au fil des siècles.


Lire la suite

Hôtel de Lassay, ce mercredi 15 janvier, au Palais Bourbon, à Paris : Claude Bartolone, le  Président de l’Assemblée nationale, reçoit  les personnalités  représentatives de nos institutions.

Bartolone : un nom qui veut dire que la France a réussi, au cours des siècles,  à devenir Une, à partir de la diversité de ses origines. C’est ce qui fait sa richesse. Et aujourd’hui en notre 21ème siècle, la somme des valeurs de sa démocratie.


Lire la suite

Toute la fin de l’année de l’an 2013, que nous venons de vivre, avec vous, nous l’avons lu, entendu , ressenti : c’était toujours la même analyse, la même introduction, ou la même conclusion des discours ou des écrits, au fil du quotidien des jours et des nuits, à la télévision, dans la rue ou dans les autres lieux de vie en commun.

Thème général : Les Français perdent le moral. Ils sont inquiets, angoissés même, tant ils craignent l’avenir, le déclin de leurs espérances et de leurs conditions de vie, demain et dans les décennies de ce nouveau siècle ! Et surtout pour leurs enfants !


Lire la suite

Le défi relevé du Louvre-Lens
Un de mes amis  les plus proches, à l’Assemblée nationale, depuis les années Mitterrand  jusqu’aux années           Chirac, s’appelait  Renaud Donnedieu de Vabres,  député d’Indre et Loire.  Il devint, de 2004 à 2007, ministre de la Culture.  Je peux témoigner que les  Nordistes et les  Pas de Calaisiens   doivent  lui  être reconnaissants. Quand l’idée  de  décentraliser le  Louvre fut  lancée, il contribua, en écoutant sa conscience,  au geste national de reconnaissance de ce que la France   devait à la population du Bassin minier du Pas de Calais.  
Au Touquet, dont l’estuaire Côte d’opalien  se pointe, vu du ciel,  tel  un  trait d’union  paysager et humain   entre   Londres et Paris,  à l’ouest de ce Pas de  Calais,  destiné désormais à séduire, nous    devons aussi   à ce ministre d’hier, la part de financement   que nous avions obtenue de  l’Etat    pour remplacer  le jeu d’orgues de l’ église Jeanne d’Arc. Ce nouveau jeu d’orgues dont  rêvait  Jean Cau. Un de ces propriétaires   qui   sut  enrichir la station de sa passion.  Pour  lui, c’était la passion  de la musique .
« Le droit de propriété, récompense du travail, souvent de plusieurs générations, ayant eu le mérite d’épargner, entraîne un devoir », disait mon père. Ce devoir, dans une station touristique, dont l’objectif doit  être  d’offrir  un  art de vivre  les temps libres, c’est d’apporter  aux autres le fruit  d’une  de ces passions   qui valorisent les   temps  de vie à partager avec  les autres.
Le Bassin minier d’Artois, Renaud Donnedieu de Vabre m’avait  dit  être sensible à son histoire. Déjà, alors qu’il était  le collaborateur de François Léotard, alors ministre de la Culture, entre deux séances  au  Palais Bourbon, il  aimait que je lui raconte l’histoire émouvante de  sa conversion. Oui, émouvante !
 Depuis  le premier succès du Nord-Pas de Calais  remporté à Béthune, face  à la  concurrence du Bordeaux   de Chaban,  avec l’implantation de l’usine Firestone,  jusqu’à l’implantation du Peignage  Dewavrin, grand nom  Lillois , à Auchel,  nous avons  , avec les maires du Bassin minier  mobilisé  les énergies pour créer au sol les activités industrielles et les emplois que le  sous -sol ne pouvait plus  assurer, après plus d’un siècle d’exploitation  de ses gisements de charbon.
Nous nous battions, avec la participation  de trois générations,  pour l’implantation d’ industries nouvelles ,avec le  soutien de la D.A.T.A.R.  quand la France, avec Olivier Guichard,  avait…. une politique d’aménagement du territoire.
Elle  a démontré qu’elle pouvait l’avoir encore, cette politique , avant  et   après  l’an  2000,    en comprenant  que  la bataille de la conversion  de l’ouest du bassin minier devait se  prolonger , en  son Est Lensois !   Et pas seulement, en  créant les bases d’une  industrie  automobile moderne, de Ruitz à Douvrin –La Bassée et à Valenciennes !
Nos gouvernants, sous plusieurs Présidences, en grandes coalitions  successives de forces vives,  ont compris hier  que la conversion  devait être aussi  culturelle ! Et culturelle   au point de faire du Nord-Pas de Calais   une région touristique.
Le nouveau gisement  de vie économique, c’est l’attractivité   de  notre territoire, c’est la beauté de la nature, c’est notre histoire. Un formidable capital  qu’il  s’agit de mette en valeur et en vie,  au rythme  de ses  quatre saisons !  Etre la station des 4 saisons,  c’est ainsi que Le Touquet  s’est fait progressivement un nom et un  renom ! Le Nord Pas de Calais, en   douze de ses pôles touristiques attractifs, métropole comprise , doit devenir  fort de  l’esprit qui a généré la création du Louvre-Lens. Et le diffuser durant les quatre saisons de l’année !
Le défi  de la création du Louvre-Lens, au  cœur  d’une région  minière, avec le concours de  L’Etat , ils l’ont relevé, nos gouvernants d’hier et ceux de notre Région, aujourd’hui, Daniel Percheron, en tête ! L’attrait et  la  vie, déjà bien lancée du Louvre-Lens , là où  les puits  de mine occupaient  le terrain, entourés de corons, nous  l’ont démontré , en ces semaines grises de décembre  2013 ! De quoi, lever la coupe d’un champagne  bien français au restaurant  tout proche, dit  Atelier Meurin ! Un atelier niché dans un nid  de  glaces !
Alors, de grâce,  oublions  ce qui peut, en ces temps  difficiles provoquer en nous  une dégradation   de notre moral ! Et pour terminer l’année,  que ce  Noël  que nous allons bientôt fêter, en  pensant à la première  bougie du Louvre Lens, fasse pétiller le champagne dans nos coupes !       

                                                                                                                                                          L. D.

Lire la suite