Les Quatre colonnes …de notre futur

C’est le nom célèbre donné au palais Bourbon, à la salle à vocation de « point de rencontre » entre les représentants du pouvoir démocratique et les représentants du pouvoir médiatique.

Le groupe des députés honoraires, élus et réélus plus de18 ans, et des anciens députés vient de décider, sur ma proposition, soutenue par le président Alain Levoyer, et les membres de leur comité directeur, de publier un bulletin d’information périodique sous ce nom symbolique des « Quatre colonnes ». Objectif : mettre en commun le profit de leur expérience d’élus nationaux, en dépassant les frontières de leurs origines, compte tenu de la gravité de la situation économique et sociale que connaît aujourd’hui la France, mais dans le respect du pluralisme, condition de base de leur regroupement.

Confiance m’a été faite pour donner suite à cette décision, sur la base des quatre colonnes qui doivent, plus que jamais, être les quatre piliers de notre avenir.

J’ai tenu, bien sûr , à travers ma fonction de trait d’union- animateur de ce nouveau bulletin national d’information, à rappeler notre devoir commun, commun d’ailleurs à tous les Français, de respecter la différence possible des opinions et la diversité des familles de pensée qui font , à l’image de ses paysages et de ses ressources humaines, la richesse de la France. Et, à la récente rencontre à l’Assemblée, je me suis attaché à obtenir l’accord du groupe des anciens députés pour que leurs participations à ce nouveau moyen d’expression soit centrée sur ces quatre colonnes .

Je pense nécessaire de préciser clairement le sens et la fonction de ces quatre colonnes, surtout à la veille de l’élection présidentielle appelée à être le grand évènement du printemps français de cette année 2012. Je ne ferai, bien sûr , en cet éditorial hebdomadaire, que résumer , en quelques lignes, les thèmes que j’ai proposés aux anciens députés , comme sujets essentiels devant permettre, à la fois de les rassembler, mais aussi de diversifier leurs réflexions et leurs aspirations en direction du futur.

Il s ‘agit de le faire comprendre aux Français et entre Français, en vue et au-delà de l’élection présidentielle prochaine ; De la compréhension de ce nécessaire rassemblement des forces vives de notre pays, au-delà des clivages politiciens, pour sortir des crises financière, économique, sociale, sociétale, mais aussi morale, qu’il traverse, depuis plusieurs années, dépend notre capacité de redressement et de rétablissement de la confiance, en nous et en la France.

La première colonne-pilier de ce futur

, c’est Une République française démocratique et juste.

La seconde colonne-pilier, c’est une Union européenne humaniste, devenant, dans ce but, une véritable force politique respectée dans le monde…à partir de ses valeurs, du dynamisme et du rayonnement de ses entreprises et capable d’exprimer la volonté d’un même niveau de progrès social.

La troisième colonne-pilier de notre futur, c’est une politique mondialisée de développement durable, harmonisée à l’égard des charges environnementales et des règles de concurrence à faire respecter .

La quatrième colonne, c’est une organisation des Nations Unies se donnant comme double objectif politique, sur tous continents, le respect de la dignité humaine et des droits de l’homme, le renouvellement des sources d’énergie et la sauvegarde des ressources de notre planète.

C’est sur la base de ces quatre colonnes, que j’ai proposé d’adopter, comme cadre de réflexions, pour permettre d’enrichir l’esprit des gouvernants, qu’il faudra aussi rassembler les énergies, et ouvrir aux générations nouvelles les espérances dont elles ont besoin pour construire leur futur.

L.D.

e-mail : leoncedeprez@wanadoo.fr

leoncedeprez.blogspot.com


Lire la suite

Pour que l’avenir soit à nous !

Tiens , tiens, tiens ! Je reprends volontairement cette expression d’un langage familier pour attirer votre attention sur une information passée sans doute inaperçue au fil de ces journées pascales où les Français risquent de n’avoir les oreilles braquées que sur les redites de la campagne présidentielle : Voilà le quotidien chinois, dit Quotidien du peuple, qui prévoit de lever l’équivalent de 63, 5 millions d’euros en introduisant son site internet à la Bourse de Shanghai…

Explication : la société qui gère le portail gouvernemental d’informations de la Chine recherche des moyens financiers pour réaliser des investissements…Voilà donc Pékin qui cherche à rendre ses medias officiels plus compétitifs en les transformant en entités commerciales…

Le parti gouvernemental ne serait donc plus, même en régime de parti unique, la seule source de financement de la Presse…Mais alors, il va falloir que le Quotidien du peuple permette à ses journalistes de ne plus être muselés dans leur liberté d’expression !

Fort heureusement, en France, comme en toute nation de notre Union européenne, la campagne présidentielle confirme que la démocratie impose, pour toute élection, le respect du pluralisme…jusqu’au poste le plus élevé de la République .

Dix candidats confirment ainsi que la France ne risque pas de tolérer tout pouvoir absolu, à quelque échelle que ce soit…Et le fameux Conseil Supérieur de l ‘Audiovisuel, pour la période finale de la campagne présidentielle, en est même, à la minute près, à veiller à ce que le temps de parole soit égal pour chacun . Même si cette mesure apparait excessive , elle rappelle que la Démocratie, pour demeurer respectable , interdit, en ce nouveau siècle, à tout journal d’information , national ou régional , quotidien ou hebdomadaire, toute référence de type La Pravda…

La Chine, elle-même, si elle veut que sa Presse ne soit plus financée que par le parti unique, va devoir faire en sorte que son Quotidien du peuple ne soit plus le journal officiel de son régime !

Le peuple, d’ailleurs, il apparait, même en France, qu’il redevienne la référence jugée nécessaire en cette année 2012…C’est un heureux retour aux sources très grecques de notre Démocratie et bien française de notre République. Mais ce doit être aussi l’expression d’une volonté d’en respecter toutes les composantes humaines. La recherche d’une politique tendant à revenir à une lutte des classes est aussi périmée que celle tendant à viser l’opposition d’une religion à une autre, ou à assurer la domination du pouvoir d’un parti sur notre société…et sur nos institutions. La richesse humaine est faite de sa diversité. Comme la nature est belle de la complémentarité de ses paysages et forte …de celle de ses ressources…

Notre humanité du 21ème siècle a le privilège de bénéficier de conditions de vie et de capacités de développement de sa créativité qui auraient fait rêver les générations des autres siècles. Nous en avions un vivant témoignage, ces jours derniers encore , en découvrant , au cœur de notre ancien bassin minier du Pas de Calais, à Bruay-La-Buissière, à quelques kilomètres de la très belle zone industrielle de Ruitz et de notre entreprise familiale d’imprimerie, un centre d’essai pour l’automobile et le ferroviaire, appelé CRITT M2A. Centre d’innovation qui a permis à la Française de mécanique de Douvrin –La Bassée d’obtenir la fabrication du dernier moteur 3 cylindres de Peugeot SA. Un Centre d’essai turbo, destiné à rendre l’industrie automobile de plus en plus performante, et qui est unique au monde, nous disait son PDG Jérôme Bodelle. Un Centre de recherche dont Pierre Moreau, ami artésien-coéquipier de la conversion industrielle de notre Pas de Calais, et pionnier de ce CRITT M2A, était fier de préciser, sur un ton chargé d’espérance, que le marché nord-américain en représentait déjà 22% du chiffre d’affaires… L’affaiblissement du bruit dans la liaison rail-roue est l’objectif d’un autre laboratoire qui intéresse la SNCF et son homologue allemande, Deutsche Bahn (DB).C’est dire que notre Région Nord- Pas de Calais doit avoir l’ambition de ranimer sa flamme industrielle autant que de se doter de pôles attractifs d’une économie touristique quatre saisons.

Quand on se retrouve là où l’imagination créatrice d’élus pensant au futur, le génie d’ingénieurs français et européens et le courage de fils ou petits-fils de travailleurs de la mine, se rejoignent pour gagner le match de la vie, de même que lorsque l’on découvre les capacités de production actuelles de l’usine Firestone-Bridgestone que nous avons voulu implanter, il y a cinquante ans , à Béthune, on reprend confiance dans l’avenir de l’industrie en France.

Et on se dit que si notre peuple français et nos peuples voisins comprennent leur devoir, face aux crises graves que nous allons continuer de traverser, de rassembler leurs forces, au niveau d’une véritable Démocratie européenne, en volant de leurs deux ailes, leur tête commune au-dessus, lucide au centre de leurs épaules, l’avenir est à nous !

L.D.

e-mail : leoncedeprez@wanadoo.fr

leoncedeprez.blogspot.com


Lire la suite

A condition qu’il y ait le Vouloir…

La vie n’entraîne les énergies, les forces physiques, morales et intellectuelles d’un peuple, en bref, les talents dont chacun est doté , que si, depuis le temps de la jeunesse, elle est inspirée par un acte de foi. Après les drames des guerres du vingtième siècle, dont le caractère fratricide nous apparaît désormais inimaginable sur la terre européenne, après l’époque des décennies de colonisation sur les autres continents, suivies des années d’accès à l’indépendance des peuples , intégrées, elles aussi, dans l’histoire des siècles passés, notre 21ème siècle s’était ouvert sous le signe d’un d aouble acte de foi.

Acte de foi dans une Organisation des Nations Unies, pour assurer la paix et l’avenir de notre planète. Une organisation qui demande aujourd’hui une gouvernance environnementale et humanitaire commune. Et demain, une Organisation des Religions unies, dans le respect de chacune d’elles sur toutes les terres du monde.
Acte de foi dans une Union européenne dont la force humaine, économique, sociale, monétaire, devenant nécessairement politique et démocratique, doit devenir une force d’équilibre dans une compétition économique de plus en plus mondialisée.

Le problème que nous avons à comprendre est que ces actes de foi imposent à nos Démocraties, reconnues aujourd’hui le meilleur des régimes de nos temps modernes, de se montrer dignes de l’héritage que notre humanité a reçu. Cet héritage, tel qu’il se présente aujourd’hui, en ressources terrestres et maritimes, en paysages ruraux et urbains, en ressources humaines, a été valorisé, vitalisé et humanisé par le travail des générations successives .

Appelé par le destin à œuvrer, avec des équipes partageant les mêmes actes de foi, pour la conversion industrielle de notre bassin minier du Pas de Calais et pour la mise en valeur et en vie de notre Côte d’opale, j’ai ressenti pendant plus de cinquante ans, à quel point, la vie devait être une œuvre de création continue. C’est en cela, d’ailleurs, que l’humain porte en lui sa parcelle de divin. Mais cette participation des humains à l’œuvre de la Création, pour aboutir au développement durable, doit se renouveler en visant, non pas le temps éphémère d’un mandat électoral, mais le temps d’un siècle nouveau de vie .Elle doit d’autre part viser d’abord l’intérêt général et le bien commun.

C’est ainsi que les candidats aux élections doivent toujours penser, par les décisions à prendre et les investissements à réaliser dans le présent, à répondre aux besoins du futur. Les exigences de tout investissement, public et privé , imposent , dans ce but , d’être bien situés dans l’espace, pour apporter une valeur ajoutée au territoire et non, par exemple , au risque de dévaloriser un espace riche de son boisement, tel que celui que nous avions acquis pour garantir l’environnement du Palais de l’Europe du Touquet et des avenues forestières résidentielles qui l’entourent .

Quand ces objectifs sont bien fixés dans le temps des quatre saisons de la vie de la nature , vie correspondant à celle de toute vie professionnelle rentable, et dans l’espace d’un territoire, à l’échelle d’une station, comme à celle d’une région, alors les efforts et les intérêts particuliers peuvent s’insérer dans cet intérêt général, le renforcer au fil des ans et contribuer à le servir, en termes de développement économique et de création d’emplois durables . La vie économique et le progrès social et environnemental apparaissent alors ainsi comme le fruit stimulant d’un partenariat efforts publics-efforts privés.

Je prendrai un seul exemple concret : la station touristique du Touquet, née il y a cent trente ans d’une conjugaison d’efforts de quelques propriétaires d’espaces dunaires privés, soutenus par la commune de Cucq, jusqu’au point de construire une chapelle pour la messe du dimanche, recevait , selon les calculs établis jusqu’en 2008 par les services routiers de l’Etat, 5.500.00 à 6.000.000 de visi teurs par an , au fil des quatre saisons. Des visiteurs dont l’intérêt général et celui de tous les professionnels commerçants et d e l’hôtellerie avaient pour objectif d’en faire des clients durant leurs heures, leurs journées et leurs nuits de séjours. C’est ainsi que notre municipalité a obtenu, après une en mise en compétition , le résultat faisant honneur au Touquet , et sans qu’il en coûte à la Ville, de la réalisation d’un parking ultra moderne et sécurisé de 580 places sur deux niveaux ,à des tarifs dégressifs selon la durée, au point central du débouché de la fameuse rue Saint-Jean sur le front de mer, devant son Aqualud. .Au-dessus des parcs souterrains, une place Saint – Jean , faite de pelouses et d’aménagements d’espaces fleuris pour résidents et touristes , se substituait à la vue la d’espaces recouverts de voitures. Et le centre-ville commercial tout proche était le grand gagnant durable de cet investissement important que le groupe européen sélectionné amortissait sur 40 années de vie quatre saisons de la station.

Ainsi peut-il être démontré que l’intérêt général et le bien commun et les intérêts particuliers de commerçants et de clients, résidents et touristes, peuvent parfaitement se conjuguer.

…A condition de comprendre que la vie, pour être gagnante, au profit de tous, à partir d’un territoire, demande d’abord le Vouloir. .L.D.




Lire la suite

Chers amis commerçants, habitants ou résidents du Touquet Paris-Plage

Dans toute station touristique moderne, et qui veut avoir un avenir, le moyen évident pour attirer les touristes et leur permettre d’être des clients, quelques minutes après leur stationnement, pour quelques quarts d’heures, ou quelques heures, ou une journée, ou une nuit , ou plusieurs jours de séjours , est le parking souterrain. C’est sous la plateforme existant idéalement devant l’Aqualud, au bout de la rue Saint Jean, que ce parking sous terrain, à deux niveaux, dont je vous présenterai les plans séduisants, tels qu’ils ont été prévus pour être réalisés au Touquet, doit permettre d’assurer à la clientèle l’accès très facile , très sécurisé, et très rapide aux commerces .

Au dessus de ce parking souterrain tel que nous l’avons conçu, et mis au au point , les touristes et promeneurs pourront voir, au lieu de masses de voitures, des pelouses et des espaces fleuris, et bénéficier d’espaces de promenades, qui renforceront l’attrait de la station sur son front de mer central , au bout de la rue Saint -Jean .

Je pense que tous les commerçants et leurs représentants, désormais, comprendront que ce serait fou de faire les travaux d’une place au dessus, à 50 mètres du centre- ville, sans avoir fait d’abord, au dessous , le parking sur deux niveaux pour 580 voitures de clients automobilistes.

Je propose à votre président Alexandre de venir juger le document que j’ai préparé pour permettre un accès rapide et sécurisé, durant les quatre saisons, en centre ville , à très grande proximité des rues commerciales.

Je suis prêts à recevoir à mon bureau de travail, allée des Ecureuils aux Echos de la forêt, tout commerçant, habitant ou résident du Touquet ,souhaitant être informé, avec toutes précisions à l’appui, du projet qui avait été mis au point et voté après 2 mises en compétition, pour assurer 2 niveaux de parking souterrain sous la place Saint Jean, avec pelouses et espaces d’attrait touristique au dessus.

L’investissement par un groupe européen spécialisé, qui a la capacité financière pour l’amortir sur 40 ans , et qui est en mesure de concourir de nouveau ,ne coutera rien à la Ville. Ce serait un formidable atout d’avenir pour Le Touquet, qui se doit de devenir une station touristique maritime de rayonnement international. Les tarifs des stationnement, à caractère dégressif, selon la durée , sont prévus obligatoirement votés par le Conseil municipal. C’est une garantie de tarifs très raisonnables ; que j’avais obtenue, après la seconde mise en compétition que nous avons organisée ; garantie que Le Touquet doit continuer à obtenir pour les années à venir.

Le projet de travaux pour réaliser une place Saint Jean, sans les parkings souterrains , serait tout à fait préjudiciable à la vie quatre saisons du commerce du centre –ville. Le stationnement des voitures, à proximité immédiate, est en effet une condition impérative, comme pour toute grande surface commerciale (ce qu’est le centre- ville du Touquet), pour assurer la vitalité et la rentabilité des commerces d’une station touristique sur une durée de 12 mois.

Bien cordialement. Léonce Deprez, maire honoraire du Touquet Paris-PLage


Lire la suite

En dépit des drames, vouloir un Printemps français !

Et si , en dépit des drames , nous nous proposions de vivre un Printemps français, pour sortir des printemps d’ailleurs dont les lendemains n’apportent pas toujours les fleurs des promesses espérées ?

Et si le long hiver vécu d’un bout à l’autre de la France nous donnait, en ce début mars 2012, un envie de jours ou de soirées nous faisant renaitre et croquer dans la vie, soudain, à pleines dents ?

Bien sûr , impossible d’oublier les malheurs vécus, ces jours derniers encore, qui, d’une tragédie à l’autre , nous font porter le deuil de familles en pleurs , soudainement privées de la vie d’un être cher …Cette vie qui, en réalité, devrait être le sujet commun des réflexions de tous les candidats à l’élection présidentielle, et qui devrait les inciter à se rejoindre dans leurs débats…

Mais, depuis la Belgique qui pense à ses enfants perdus sous un tunnel qui devait les mener vers les cimes…jusqu’à la France faisant silence autour du clocher de la ville de garnison de ses soldats et traumatisée par l’affreuse tuerie de Toulouse , et jusqu’à la Syrie dont le pouvoir dictatorial en place aboutit à tuer chaque jour le printemps dans l’âme des citoyens, comment ne pas se dire que la vie, si elle est souvent l’image d’un Golgotha, peut être aussi celle d’un ciel bleu ?

C’est que l’humain , quand il veut regrouper et valoriser ses forces et ses talents, peut atteindre sous nos yeux le niveau du divin…Et quand sonne l’alerte d’une chute des valeurs qui font sa dignité et la beauté de ses œuvres, le miracle survient qui nous rend le bonheur de vivre le présent et… l’envie du futur . Trois exemples vécus cette semaine m’incitent à Illustrer cette réflexion.

Invité, comme » vice -président du Comité Régional du Tourisme Nord -Pas de Calais, à découvrir ces jours derniers l’évolution du chantier du Louvre- Lens, j’ai vu comment un pays noir pouvait devenir vert. Comment, de la pyramide ouverte au cœur de Paris, l’humain pouvait exprimer son pouvoir créatif jusqu’aux pyramides noires des terrils cernant le cadre du futur musée.. Comment , en joignant à la volonté d’un état , celle d’une région, le talent d’architectes Japonais… à celui de paysagistes français, un pays noir pouvait devenir un pays verdoyant …Comment, à une source de vie minière pouvait se substituer , efforts de constructions d’hôtels en devenir à l’appui, de Lens à la Côte d’Opale, une source de vie touristique quatre saisons…Comment le couronnement-des efforts de conversion d’un bassin minier pouvait être l’implantation d’un musée parmi les plus célèbres de notre monde…

Quelques jours après , je voyais une assistance se lever avec enthousiasme , au théâtre Mogador , à Paris , pour s’associer aux chants et aux danses des artistes jeunes, ou toujours jeunes, offrant le spectacle très humain de niveau mondial, à la fois tonique et poétique, de Mama Mia !

Et de retour à Etaples , au musée de la Marine, je me retrouvais , au milieu de familles qui, de père en fils , à l’exemple du « Tit Café », ont révélé comment, quand le courage se joint à l’amour du métier et à celui de la mer, et quand l’esprit d’équipe se traduit sur un bateau, un Antoine Ramet pouvait mériter, du niveau de la mer jusqu’à celui du ciel , de rejoindre dans les prières du soir des femmes de marins… Notre Dame de Foy ! L. D.

e-mail : leoncedeprez@wanadoo.fr

leoncedeprez.blogspot.com


Lire la suite

Pour que la France gagne aussi

sur le terrain de la vie économique et sociale

Deux sujets de fierté, ces jours derniers.

Le coq de France, soudain, se redresse et chante le cocorico…

C’est Jean Dujardin qui triomphe aux U.S.A., en nous rappelant que le silence peut être d’or, quand le talent lui donne un sens …

C’est la France qui bat l’Allemagne…sur le terrain de football, à Brème, pour montrer que la diversité peut être une richesse, quand elle donne des ailes à une nation, sur le terrain de la vie…

Dans la compétition cinéma, j’aurais aimé toutefois que la France soit mise à l’honneur, en plus, par la sélection d’un autre film…

Je l’ai vécu en 230 heures d’audition en commission d’enquête parlementaire, à l’Assemblée nationale, puis en projection sur écran, il y a quelques mois. Ma conclusion est qu’un tel film est un de ces documents qui sont capables d’émouvoir et de réunir les Français…

Le quotidien « La Croix » a eu le mérite de mettre ce film « Présumé coupable », dans la perspective des César. Je le recommande tout particulièrement à l’heure de cet examen de conscience collective que devrait représenter une élection présidentielle. Film fort, à valeur de « coup de poing », il évoque, comme La Croix a eu raison de le rappeler, « la plus grande faillite judiciaire de la dernière décennie… »

Parti du livre de l’huissier de Boulogne/mer, Alain Marécaux, interprété remarquablement par Philippe Torreton, ce film mérite en tout cas un premier prix d’humanité. Le cinéma a ainsi le don d’élever l’art au niveau du divin quand il révèle à quel point la terre peut être enfer.

Avec André Vallini, président de notre commission d’enquête parlementaire, qui nous avait invité, avec quelques collègues à Paris, à revivre avec lui, à partir de la projection de ce film, l’atmosphère de nos auditions, nous avons ressenti la nécessité de dégager une conclusion commune. Face au rappel des étapes de cette tragédie qu’a été l’affaire d’Outreau, nous avons mesuré ensemble à quel point la politique devait redevenir, entre tous les élus, en objectif de base de la démocratie, la recherche du bien commun. Et une lutte commune contre tout ce qui abaisse, jusqu’à le détruire, ce bien commun premier à respecter qui s’appelle la dignité humaine

C’est le moment, aujourd’hui, de rappeler que la République doit être une force de rassemblement et non un champ de bataille dont l’enjeu est d’acquérir le pouvoir du peuple. Ce pouvoir, au service de la res publica, la cause publique, appartient au peuple. Il n’appartient pas à tel ou tel élu ou à tel ou tel parti. Ce pouvoir, en effet, en Démocratie, est transmis au peuple pour viser et satisfaire l’intérêt général. Et non, pour les élus à l’enfermement et jusqu’au verrouillage de ce pouvoir …pour l’accaparer à des fins qui ne visent plus cet intérêt général.

Dans le monde entier, à l’échelle de notre planète, il s’agit, pour les humains, de poursuivre l’œuvre de la création. Tâche immense qui impose que l’humanité donne le meilleur d’elle- même. Le rôle des élus du peuple est donc, en nos démocraties, de comprendre et de faire comprendre que ces territoires sont à valoriser et à vitaliser pour qu’ils deviennent sources de vie et d’emplois.

Ainsi, qu’il s’agisse de garantir la justice, bafouée dans l’affaire d’Outreau, qu’il s’agisse d’assurer un développement durable et donc des chances de vie présente et future, à partir des territoires qui sont notre capital commun, je suggère qu’à la veille du rendez-vous des citoyens français devant les urnes, on se rappelle cette image, que j’ai voulu évoquer en un poème la semaine dernière : « Les oiseaux , dans le ciel, ont besoin de deux ailes ! »

Les gouvernants en auront besoin aussi, demain, s’ils veulent redonner des ailes à la France… pour rétablir la croissance.

Un médecin-jazzman talentueux m’a promis de faire de ce poème une chanson. En la dédiant aux générations nouvelles.


Lire la suite
à situer Place Quentovic, au Touquet est plus que jamais d’actualité. Il sera une valeur ajoutée à la vie 4 saisons de la Station »

La Municipalité du Touquet a consacré plus de 5 années entre 2001 et 2008, à la mise en valeur et en vie de la Place Quentovic. Mais il me faut d’abord rappeler ce qui avait été fait avant 2001, dans ce but.
L’effort municipal, dans les années précédentes et sous plusieurs Mandats municipaux, avait été traduit, pour valoriser et vitaliser ce quartier Quentovic, partie Nord vivante du centre-ville, par la création de la « Maison des Associations et des Jeunes », puis par la création de la « salle de Sports Gérard Bascoulergue », complémentaire des terrains de sports à vocation scolaire, qui ont toujours été maintenus sur cette place.
Cette place Quentovic avait été précédemment choisie, quelques années auparavant, pour servir de cadre permanent à un centre de sécurité ouvert à la compagnie des Sapeurs-pompiers et à des résidences d’appartements permettant le logement de ceux-ci. La fonction de ce centre de sécurité avait été maintenue pour assurer, à proximité du centre-ville et de la mer, une antenne Touquet destinée à apporter des premiers secours, après le transfert du centre historique de sécurité sur le terrain voisin de la zone industrielle d’Etaples.
Le but de la Municipalité 2001-2008 avait été, pour équilibrer la vie commerciale, entre le premier poumon du centre-ville, qu’ est la place du Marché, au Sud, et le second poumon, qu’est la place Quentovic, au Nord, de créer une résidence avec services. La Municipalité du Touquet, après avoir déclassé le terrain de la Ville, en domaine privé, avait décidé et voté d’assurer à cette place, le renfort, en vie 4 saisons et en pouvoir d’achat de clientèle, d’une Résidence avec services de 48 appartements.
Cette Résidence avec services, mise au point par un grand Architecte de Lille, avec le concours du représentant d’un Groupe spécialisé, Jacques Bourjot, a été conçue à partir d’un achat à la Ville du terrain nécessaire pour un montant finalement fixé à 1 200 000 euros (soit 8 300 000 Francs). Ce prix est toujours à retenir. Cette Résidence avec services doit plus que jamais répondre aux besoins de notre temps où la moyenne d’âge est en heureuse évolution. Elle doit demeurer prévue, comme conçue depuis l’origine de mes négociations au nom de la Ville, en 2001 et en 2002, pour comprendre en son rez-de-chaussée, 400 m² de locaux communs avec services ouverts à la clientèle extérieure. Une salle de réunion polyvalente, avec une cuisine-relais, a été prévue pour être ouverte à un traiteur Touquettois professionnel qui travaillerait à la demande des résidents. Et les habitants de la Résidence comme tous retraités vivant à l’extérieur de celle-ci, pourraient y trouver la réponse à leurs besoins de services assurés par des professionnels touquettois, reliés par contrat à la Société gestionnaire commune.
Il s’agit d’accueillir à l’année une population permanente dont une enquête réalisée par la Municipalité et publiée le 21 janvier 2002, a abouti à la conclusion que ce projet répondait à un besoin précis de la station : besoin d’une population de retraités, qui à 60 ans et plus, dispose de capacités financières permettant la mise en vie et la réussite économique d’une telle Résidence, en désirant vivre au cœur du centre-ville. Cette Résidence avec services est, bien entendu dotée d’un parking sous-terrain spécifique. Sur cette même vaste place, un parking public, dans les projets de la Municipalité 2001-2008, doit être réalisé par un Groupe privé spécialisé, pour une concession de 40 ans, les prix de stationnement avec tarifs dégressifs, selon les temps d’occupation, demeurant de la responsabilité du Conseil Municipal.
Ce projet de Résidence avec services au cœur du quartier Quentovic a été mis au point avec raison et passion par la Municipalité 2001-2008, dont l’adjointe à l’action sociale, Bénédicte Allouchery, fut à mes côtés, une principale animatrice. Il est une réponse souhaitée à l’ évolution de notre Société, à la recherche d’une sécurité maximum, notamment pour les personnes âgées. L’enquête réalisée par la Municipalité avait démontré que cette population, de personnes de plus de 60 ans, recherchait à vivre en bénéficiant de l’animation d’un centre-ville, et à proximité de commerces, ouverts 4 saisons. Le quartier Quentovic deviendrait ainsi de plus en plus, au fil des ans, d’ici 2050, un pôle de vie permanent qui doit contribuer à l’équilibre économique et social de la Station.
Le montant de prix de vente moyen devrait demeurer, comme je l’ai étudié avec mon ami expert de grande expérience qu’est Jacques Bourjot, de 4 500 euros le m² pour un F2 ou un F3. Un F2 représente 180 000 euros et le F3 280 000 à 300 000 euros.
Il ne s’agit pas de réaliser un projet immobilier de plus, il s’agit de permettre l’accueil d’une population de résidents, anciens ou nouveaux, désireux de bénéficier en centre-ville d’un logement offrant les attraits d’une station à la vie 4 saisons, et en plus d’un parking sous-terrain, au rez-de -chaussée de celle-ci, et les capacités d’une plateforme de services, ouverte à la clientèle de la Résidence, mais aussi à la clientèle de retraités vivant dans la Station.
La construction de cette résidence correspond à un intérêt général tel qu’il ne pourrait pas ne pas être pris en considération par les Autorités publiques dans les années prochaines, à partir du Plan Local d’Urbanisme qui doit permettre demain, la mise en valeur de la Station et le nécessaire développement, créateur d’emplois, de la vie commerciale 4 saisons en centre-ville.
Puisqu’il s’agit de valoriser et de vitaliser le centre-ville, je pense de mon devoir de dire qu’un tel projet, que j’ai personnellement conçu avec le concours d’un grand professionnel, est de ceux qui sont capables de donner au Touquet une source de vie complémentaire et une source de recettes appréciable pour les commerçants, mais aussi pour le budget communal de la Ville. Un tel projet s’impose au Touquet, comme dans les grandes stations touristiques françaises ouvertes à l’année. Léonce Deprez

Le Touquet, 27 février 2012

Lire la suite