Le Point du 19 08 09

Un 15 Aout 2009 chargé de sens
Ainée de cinq filles portant en premier prénom celui de Marie, en une famille de huit enfants, dont le père agriculteur était maire de Clairmarais, ma mère aimait faire du 15 Aout, la première des fêtes. Et , chaque 15 aout , alors que, de décennie en décennie , elle marchait encore allègrement vers son siècle d’existence , elle s’attachait à regrouper autour d’elle , après la messe au jardin d’Ypres, tous ses enfant s, petits enfants et arrière petits enfants dispersés.
Le 15 Aout, Le Touquet et la pelouse du jardin d’Ypres, impossible de manquer, chaque année, ces trois points de ralliement ! Attachés à maintenir en nous la fidélité à cette tradition , nous étions 67 à être parvenus , ce jour de l’Assomption , à vouloir nous réunir , en pensant être fidèles aussi , en même temps , à celle dont la première des prières dit qu’elle est la mère de Dieu. Certains de ceux qui ne pouvaient être là étaient dans le Perigord, pour dire à un Patrick très aimé qui nous a quittés cette année, que la famille pensait à lui.
On pensait aussi à tous les disparus, ce 15 aout, à Etaples, au tour du calvaire des marins. C’est toujours à Marie qu’ils font appel, ces marins, quand ils prennent la mer .Elle est impressionnante la foi des Etaplois. Et quand on les retrouve rassemblés pour la clamer, on se dit que la religion est un phare dans une vie, pour ceux dont le métier est de prendre des risques. Ils pensent à Marie, comme ils pensent à leur mère, tous ces marins pécheurs. Et, à la fin de la messe, sous le ciel bleu, c’est leur porte-parole, au prénom symbolique de Jean-Marie, qui remercie le curé et tous ceux qui sont venus prier. C’est lui, ce Jean-Marie, le Patron du 15 Aout, à Etaples.
C’est alors la chorale de la Paroisse qui reprend la parole, dont le chef ne peut pas ne pas porter le nom de la Conseillère générale à vie .Mais il faut entendre avec quelle harmonie les voix des femmes savent se joindre à celle des hommes ! Surtout quand il s’agit de reprendre le refrain du chant » Astre béni du Marin, conduis ma barque au rivage, garde -moi de tout naufrage , blanche étoile du matin ! « La voix mâle l’emporte lorsque le couplet se fait précis :
« Lorsque les flots en courroux, viendront menacer ma tête,
Calme, calme la tempête , rends moi le ciel plus doux !»
Apres la messe, je voulus accompagner les marins, avec Lucile Bigot, pour la cérémonie de la bénédiction de la mer. Premier constat: Les bateaux de pêche sont à Boulogne, et c’est heureux pour garantir l’avenir des familles des marins pêcheurs. Mais, au bord du quai d’Etaples, ce sont les bateaux de plaisance qui continuent à faire vivre le port. Second constat : les fleurs bénies par le prêtre Etaplois ne seront jetées à l’eau que lorsque la marée viendra rappeler que les flux de la mer rejoignent la terre des hommes au rythme que leur commandent les lois de la nature.
C’est vrai, bien sûr aussi, sur la rive d’en face, au Touquet-Paris-Plage. Et c’est ce qui fait, d’ailleurs, l’attrait et la beauté d’un estuaire. D’où le devoir de créer un port-Nature, complémentaire de celui d’Etaples, pour accueillir les navigants en un site de rêve ! C’est pour moi un devoir de le rappeler :
Ils seraient très nombreux à vouloir venir accrocher leur bateau à un anneau, en un port inséré dans la Nature au Touquet, les navigants européens qui souhaitent venir y vivre des séjours, en touristes ou en résidents, durant les quatre saisons de l’année. Et Il est bien situé, dans ce but, l’espace , classé maritime ces derniers siècles , envahi par les dunes, au fil des ans ,et que les Allemands ont nivelé , pendant la dernière guerre , pour construire un morceau du mur de l’Atlantique , dans la vaste cavité de 7 hectares donnant accès à la mer au bout de l’estuaire . Les municipalités et la Communauté de communes que j’ai présidées ont conçu , voulu , et démontré qu’il était juridiquement , techniquement , et financièrement réalisable , ce port-Nature , et tout à fait intégrable dans la gestion européenne des zones côtières . Rapports réalisés et approuvés jusqu’à ces dernières années le démontrent. C’est, ce Port-Nature, à partir du port d’Etaples qui dispose des ateliers d’entretien , et à partir de cet espace de l’ancien camping que nous avions décidé de fermer dans ce but , un projet que l’intérêt général doit faire aboutir demain.. Seul compte, face au futu, l’intérêt général d’un développent durable . L’intelligence, le bon sens et la volonté de ceux et celles qui, depuis longtemps, ont façonné Le Touquet pour en faire une station maritime d’excellence , l’emporteront un jour . Et c’est cela l’essentiel. L.D.


Lire la suite

Le Point du 12 08 09

20 ans d’efforts et de succès croissant d’un territoire,
cela se fête !
Plus belle encore est-elle, quand elle est nue !
Je veux parler de la plage. Et puisque c’est elle que j’aime, comme nombre d’entre vous, depuis mon enfance, de celle du Touquet !
Appréciant, en cet été 2009, les temps de liberté qui nourrissent la réflexion et précèdent l’écriture, j’ai voulu, cette année, reprendre une habitude.
Le bain de mer chaque jour, entre 18 et 19 heures. C’est l’heure où le soleil rougit …Quand il veut bien se montrer ! Où, lorsque les nuages le cachent, c’est le vent qui l’emporte, si généreux, chez nous, pour franchir la frontière de notre Pas de Calais !
Mais ce vent, quel attrait, sur nos cotes au climat tempéré !… Alors qu’en Asie, il devient souvent furie et entraine les drames qu’elle connait aujourd’hui, sur le littoral du Japon et en l’ile de Taiwan…
Ce vent, chez nous, se fait complice des amoureux de la voile. La voile sur la mer, la voile sur le sable, la voile même dans le ciel , prenant un nom anglais. Elle l’appelle kite-surf , la bande de nos jeunes !
Ce vent que tant redoutent, quand il prive de soleil, c’est un bienfait du ciel, qui sait fouetter le corps et stimuler l’esprit. Il secoue sur la mer les frêles embarcations, et rappelle aux humains leur faible condition. Et quand s’enflent les vagues, aux allures vengeresses, des jeunes filles vigilantes sont là pour dire aux baigneurs de tous âges que la mer, parfois, est mauvaise conseillère. Entourées de beaux C.R.S. à la peau bien bronzée, elles apprennent à gagner l’argent de leurs vacances, en jouant les mamans, soucieuses de leurs enfants. C’est un spectacle offert, chaque jour de l’été, et de plus, gratuit, que ce ballet humain sur notre sable fin, qui tenta, il y a plus de 120 ans, un notaire parisien de s’offrir nos dunes, au point de faire du Touquet la plage de Paris…
Merci, Maitre Daloz, et vous tous , bâtisseurs du siècle précédent , et élus de ces quarante dernières années , amoureux du Touquet , sans les quels ils ne seraient pas aujourd’hui 9.3oo les propriétaires –résidents Touquettois , à pouvoir vivre les quatre saisons de la station .
Ce bain de mer quotidien que mes collaboratrices de 42 ans , de trente ans , ou un peu moins , de l’hôtel de ville , toujours chères à mon cœur , ne m’empêchent plus de vivre , en cet été morose , c’est une récompense que je savoure pour entretenir ma jeunesse ,
Formidable bienfait que ce cadeau divin de la mer à ceux qui savent en écouter le murmure autant qu’en apprécier les couchers de soleil, même s’il se veut discret. C’est la forme physique que la mer et la plage entretiennent. Mais aussi la forme morale.
La Manche, pour nous, c’est une amante, productrice d’énergie, en elle et très au-delà d’elle. Elle ne fait pas que faire rêver. Elle crée la vie et la communique autour d’elle. Et chaque jour , elle offre ce vent du large qui purifie et emporte avec lui les propos et les vanités d’un jour comme autant de bouteilles de plastique ne laissant pour le lendemain que le vide de leur récipient et la charge du prix de leur ramassage.
Il est salutaire, ce grand vent du large, chargé d’iode. Surtout que , depuis vingt ans , la Cote d’’Opale et son Touquet ont pu s’organiser , s’aménager , et se doter d’atouts , en équipements , en évènements culturels et sportifs, et en environnement , pour devenir attractive et résister aux crises , comme en ces années de 2008 et 2009 .
Ainsi, en deux soirées , en plus du concert que le nouveau jeu d’orgue de l’église jeanne d’Arc a permis d’offrir, comme le rêvait Jean Cau , à touristes et résidents , c’est un Misanthrope qui nous fut offert, en ces soirées d’aout , à Campagne les Hesdin et à Beaurainville. Un chef d’œuvre de Molière interprété par une troupe parisienne, en ce Pays des sept vallées si bien animé par les Maires dynamiques de la Communauté de Communes du secteur.
Et , le lendemain , à Montreuil , ce 8 aout 2009, pour fêter le vingtième anniversaire des spectacles de la troupe des Malins Plaisirs , troupe de grands talents dont , avec Bernard Pion , nous avions entrepris de faire la Compagnie du Pays du Montreuillois, nous avons entendu le grand Corneille vouloir jouer les Molière et vouloir dépeindre ce que sera toujours la comédie humaine . Ce soir là , nous avons dit merci aussi ,pour ses vingt années d’efforts pour la cote d ’opale , à Vincent Tavernier . L.D.


Lire la suite
A lire, ce mois d’aout, la nuit ou sur la plage

C’est un livre de poche qui mérite d’être lu sur la plage. Ou la nuit.
Le silence de la nuit est évidemment tentateur, tant la pensée exprimée, avec chiffres à l’appui, mérite une concentration de l’esprit. Lire un tel ouvrage impose des conditions de paix en soi et autour de soi, qui demandent d’abord le silence.
Celui de la plage est aussi favorable. A l’heure où le soleil se fait plus caresseur et où la bise du large devient douce au visage.
L’horizon de la mer a un effet magique sur le corps qu’il détend, autant que sur l’esprit qu’il nourrit.
La marche stimule la réflexion. La lecture l’approfondit, à partir de la pensée d’un autre.
L’autre, en l’occurrence, c’est un Suisse. Mais un Suisse, à la personnalité internationale. Une personnalité qui, au niveau mondial, est de celles qui ont aujourd’hui la meilleure perception de notre monde du 21ème siècle. C’est pourquoi il mérite l’attention d’un temps de lecture. Son ouvrage force chacun à sortir de son moi .De son intérêt personnel et immédiat. Du confort égoïste et facile provenant de l’oubli des autres.
Les autres, en ce livre de 345 petites pages, ce sont ceux que l’on sait malheureux, mais auxquels on a tendance à ne pas penser, parce qu’ils sont loin.
Or la vie d’aujourd’hui ne cesse de nous rappeler que notre Planète est notre maison commune. Notre bien commun. Et que le don de Dieu que représente la terre des hommes entraine, parce qu’il est un bien commun, un devoir commun.
Désormais, de plus, et de plus en plus, les habitants de la planète Terre bénéficient, et trop pour un certain nombre, de la mondialisation de l’existence humaine . Ils en bénéficient , en produits, en informations , en images , en reportages , en affaires , en déplacements , en voyages de vacances , aux quatre coins du monde , durant les quatre saisons de l’année .
Comment donc, pourrait-on vouloir profiter, bénéficier des avantages de cette vie, à l’échelle du monde , sans comprendre qu’on ne peut pas ne pas en supporter le sort , et accepter d’en payer le prix ?
Comment, autrement dit, vivre en solitaires, dans un monde qui impose de vivre solidaires ?
Solidaires, à l’échelle d’une commune, puisque le mot même veut dire vivre en commun, vie commune. Et même si cette Commune a acquis le don, au fil des ans , en réalisant projets après projets, efforts après efforts, de devenir une station , comme Le Touquet Paris-Plage , faite pour offrir du bonheur de vivre ?
Solidaires à l’échelle d’une Communauté de Communes, à l’échelle d’un Pays autour des remparts de sa ville- centre, et au-delà, à l’échelle d’une Région, telle le Nord-Pas de Calais, qui, a tant apporté en sources d’énergie, et de travail , à partir de son sol et de son sous sol et à partir de ses atouts humains ?
Solidaires encore, à partir du patrimoine commun national et européen issu du travail et des réalisations des siècles passés ?
Solidaires, enfin, à l’échelle de notre monde dont on doit se dire, chaque jour, qu’il est peuplé désormais de six milliards et demi d’habitants ?
En tous siècles , les guerres et les révolutions sont venues de volontés de conquêtes de territoires ou de chances de vie meilleure et plus juste , à rendre accessibles à des populations mal traitées ou mal menées , au sens propre ou au sens figuré. Mais , en ce siècle nouveau , c’est à l’échelle de millions et de milliards même d’humains que se pose le problème de la vie en commun et celui du respect de la dignité humaine , sur tous les continents d’une même planète.
Le livre de Jean Ziegler, chargé de mission des Nations Unies, doit secouer les consciences. Son titre»L’empire de la Honte » impose du courage pour l’écrire. Mais aussi pour le lire. Et pour en retenir le message. L.D.


Lire la suite

Le Point du 27 7 09
Flâneries estivales contrastées
Les séjours d’été ont vocation, comme les week-ends durant les trois autres saisons, à revêtir les couleurs, parfois ensoleillées, des passions du Touquet « le soleil chez nous, c’est un plus ».
C’était par ces mot-clé, qu’avec Hubert Flament, mon premier adjoint, et avec les équipes municipales successives, nous aimions définir le pouvoir de séduction du Touquet Paris-Plage.
En me retrouvant à l’Hippodrome de la Canche , le 14 Juillet et le 19 juillet, pour y fêter deux grands Prix , évocateurs de tant d’efforts réalisés , depuis 40 ans , pour en faire un des plus beaux hippodromes de France , je ressentais la douce sensation que les mêmes idées porteuses d’avenir continuaient à se traduire dans la trame de la vie touquettoise des quatre saisons . A la différence près qu’il est demandé désormais d’utiliser le terme « à l’année » ; no comment !….Et avec plaisir, je retrouvais les mêmes visages ,et quelques plus jeunes , autour du Président Hugues Delloye, montrant que la Société des Courses et ses coéquipiers travailleurs communaux, conservaient la passion de réussir , chaque année , les rendez-vous , de belle allure , des Courses hippiques du Touquet.
Mais, le Dimanche suivant, c’est à une invitation , aux couleurs de billet doux , portant la signature d’une Marie-Pierre , blonde et jolie animatrice de la cité des Artisans du village de Buire le Sec, qu’avec ma femme Marlène et en famille , j’avais voulu répondre . Car Le Touquet et la Cote d’Opale représentent un tout, dont les saveurs diversifiées méritent d’être appréciées durant toute l’année.
Quand on lit les lignes suivantes sur un cahier à la couverture de cuir , que j’ai retrouvé sur, mon bureau, en forêt , transmis par la poste, en cadeau reçu au lendemain d’un vendredi 17 Avril , de la part d’une des 1100 personnes présentes à un rendez-vous émouvant vécu au Palais de l’Europe : « Lorsque tout semble morose , je pense au coin de ciel bleu qui se profile en chacun de nous , si on se donne les moyens de le voir et dont vous aviez si bien parlé à Buire le sec … », comment résister à l’invitation féminine, à l’origine d’une telle pensée, signée Marie-Pierre Dammaretz ?
La vie est belle à vivre à travers les heures de vérité qu’elle offre, en contrastes apaisants avec les heures de flou mensonger dont les journaux sont obligés souvent d’être le reflet !
Heure de flou, par exemple, au retour au Touquet , alors que , revenant place Quentovic, je découvre que le panneau annonciateur de la Résidence -Service, conçue , mise au point et obtenue , comme une victoire, en commun avec la Société Eiffage, pour valoriser et vitaliser le quartier , et faire de la place Quentovic , le deuxième poumon du Centre-ville de la station , est disparu !,,,
Nous avions travaillé durant six ans à la mise au point de ce projet de Résidence qui devait enrichir la place Quentovic de 48 appartements de qualité , avec plate-forme services au réez de chaussée pour une clientèle devant vivre à l’année, et voulant se sentir en sécurité en centre- ville , en bénéficiant de l’attrait des commerces du quartier !
Nous avions intégré la Résidence de ces Touquettois , anciens ou nouveaux , , à domicile fixe, et à pouvoir d’achat du niveau minimum 3 étoiles, dans un plan d’aménagement très bien conçu par mes adjoints à l’urbanisme , à la vie éducative et à l’action sociale , en équipe avec l’architecte du Groupe Eiffage. Ce plan garantissait le maintien d’un terrain de pétanque et du terrain de sports scolaires, voisin de la salle de sports municipale Bascoulergue, au delà de la belle résidence qui bénéficiait d’un parking souterrain, face à la rue de Calais.
Le flou est survenu quand il a été annoncé que le projet allait intégrer des commerces, ce qui changeait la nature de l’objet de l’enquête publique réalisée et du permis de construire validé par l’Autorité Préfectorale, après le vote des délibérations présentées au conseil municipal.
La Ville, à partir de ce projet, porteur d’une vie nouvelle supplémentaire au profit de ce quartier Quentovic , tout en conservant l’atout , en face de la Résidence-Services , d’une antenne de Sécurité en l’immeuble des Sapeurs –pompiers , devait bénéficier d’une recette de l’ordre de 1.200.000 euros.
Renoncer à ce projet , c’est faire perdre une valeur et une vie ajoutées au quartier Quentovic et à la station du Touquet- Paris-Plage. L.D.


Lire la suite

Gens du voyage encore et
Toujours ou quand l’intérêt général ne prévaut plus

Vacances d’été 2009. Celles que prennent les gens du voyage sur notre littoral occupaient, ces jours derniers, les colonnes des Hebdos locaux et du Quotidien régional, tant la solution non apportée pour l’accueil des grands rassemblements annuels des Gens du Voyage perturbe les sites touristiques et le bien-être des habitants.
C’est un devoir de conscience, pour moi, de faire le Point , cette semaine , sur la solution que nous avions prévu et décidé d’apporter , depuis le vote , par le Parlement , de l’obligation d’accueillir dans toute la France, les Gens du Voyage , au niveau de toutes les Communautés de Communes .
Il s’agit, tout simplement, de dire la vérité, à ce sujet, et d’éclairer les citoyens, lecteurs et électeurs, appelés à trouver dans la Presse les informations et explications qu’ils attendent.
1 .Les députés et sénateurs ont voté, depuis plusieurs années, et unanimement, sous plusieurs gouvernements successifs, les lois destinées à concilier le droit de vivre de ces gens, dits du voyage, et la protection, chaque été, des territoires littoraux ouverts aux populations qui y habitent. Ces populations sont soucieuses , elles-mêmes, d’accueillir dans les stations classées et les communes touristiques , en des sites séducteurs et en un centre -ville attractif , leurs clients , résidents et touristes qui contribuent, par leurs séjours , à leur assurer , chaque année, et au fil des 4 saisons , travail, emplois , salaires et revenus .
2. Notre Communauté de Communes Mer et Terres d’Opale (la C.C.M.T.O.) s’était donc attachée à faire son devoir, à ce sujet, et l’avait fait. Au niveau de chaque commune, pour les groupes de moins de 35 caravanes. Et au niveau de l ‘ère d’accueil des grands rassemblements annuels de l’été.
3. Nous avons même consacré deux années d’études et de réunions de bureau et de Conseil Communautaire à ce sujet du choix de l’aire de grands rassemblements qui impose un espace ouvrable à plus de 150 véhicules-caravanes.
3. Nous avions confié l’étude préalable du choix du terrain conforme aux normes légales à une société d’études indépendante et spécialisée dans ces questions d’aménagement d’aires pour les gens du voyage .Nous avons été, ensemble, sur les deux sites retenus par cette société.
4. les Maires et Elus d’Etaples, du Touquet, de Cucq, de Merlimont et des communes rurales voisines membres de notre Communauté de Communes, avaient unanimement décidé de retenir le lieu sélectionné, comme le plus propice , pour l’accueil des gens du voyage : une clairière de trois hectares , nivelée, très bien située en contrebas de la descente de l’échangeur de l’autoroute A16. Et à l’écart de tous groupements d’habitats.
5. Notre Communauté de Communes avait décidé de renforcer , par de nouvelles plantations , l’entourage boisé de cette clairière , pour garantir la tranquillité et l’agrément des séjours des Gens du Voyage, de l’équiper en installations d’eau et d’électricité obligatoires, et d’en réaliser la clôture , de manière rigoureuse . Nous voulions, en même temps, assurer la sécurité de cette aire d’accueil à ouvrir, chaque année, aux familles de plus de 150 caravaniers.
6. Nous avions pris accord, après avoir reçu, par lettres, plusieurs propositions, avec le conseiller juridique de Madame Pézenas , M. Jean Catteau , pour l’achat des terres qu’elle proposait, par son intermédiaire, de vendre à notre Communauté de Communes . Et nous avions convenu de payer au meme prix, le terrain de cette clairière, classé inconstructible dans le ¨P.L.U. d’Etaples.
7. J’avais personnellement reçu l’exploitant de cette surface de trois hectares , M.Trollé , dont la succession devait être assurée par sa fille et dont l’accès à sa ferme pour la vente de productions légumières et fruitières aurait fait l’objet d’un aménagement d’une voie nouvelle par la C.C.M.T.O. pour les clients automobilistes , ce qui correspondait à ’l’intérêt de la famille Trollé.
Quand , ainsi que les milliers de personnes voyant envahi au Touquet le site de l’ Espace Nouveau Siècle , déjà mis en vie par le nouveau collège ,œuvre du Conseil général du Pas de Calais, je lis que le projet d’aire de 3 hectares, en contrebas à la sortie de l’échangeur de l’A 16 a été abandonné , je dis qu’il ne peut être admis que l’intérêt général à long terme , soit bafoué pour satisfaire un intérêt particulier et pour une raison électoraliste . La déclaration d’Utilité Publique serait certainement signée par l’Autorité préfectorale. Le bien Commun doit donc l’emporter L.D.

Lire la suite

Ce 13 Juillet 2009, à Tubersent…
Plus grande que la mairie, la salle des réunions de Tubersent était chaude du monde qu’elle accueillait ce lundi 13 juillet 2009 pour une cérémonie riche de sens.
Nouvel officier des Arts et des lettres, le Colonel Pierre Baudelicque devait y revoir l’hommage de la République.
Pierre Baudelicque est une figure aussi connue au Touquet, à Etaples et à Montreuil sur mer. Au coté de M. Jean Liebart, maire de Tubersent, la présence de Mgr Jacques Noyer et de M. Bethouart, maire de Montreuil, voulait tout dire.
Apres une carrière militaire dans les troupes aéroportées , volontaire pour servir dans la guerre d’Algérie , ce Boulonnais d’origine , mais étaplois de cœur , démontra son tempérament et ses qualités humaines sur la terre Algérienne , puis dans les réserves, jusqu’à mériter le grade de colonel .
Mais, ce militaire réussit à continuer à apporter le meilleur de lui même aux autres, en se passionnant pour l’instruction de la jeunesse. Du lycée technique Edouard Branly de Boulogne au lycée Mariette, puis à l’Université de Lille III.
C’est son patriotisme et l’attachement de ce militaire- pédagogue à son territoire qui vont l’amener à entreprendre, année après année, avec le concours discret de sa femme, un formidable travail de recherches historiques. Conférences et ouvrages révèlent la valeur de ses études pour relier notre région littorale à son passé. Mais , comme l’a dit Mgr Jacques Noyer , il a su détecter dans ses publications successives et dans l’exposé des traditions , qui ont marqué l’histoire d’Etaples et de la région Montreuilloise, les valeurs humaines dont la religion chrétienne a nourri les esprits et les cœurs et inspiré les comportements des habitants, au fil des siècles .
En cette cité républicaine d’Etaples, façonnée par les familles de marins et une population de travailleurs aux idéaux qui ont inspiré la révolution française, il a réussi le 15 Aout 2004 à faire inaugurer un quai Napoléon, suite à des recherches historiques sur Etaples et le 1er Empire. Et je retrouvais, avec stupéfaction, à ce rendez-vous le Prince Joachim Murat, descendant de la famille impériale, auquel je m’étais lié d’amitié alors qu’il était l’animateur du Tourisme de Monaco, durant mes vingt ans de présidence de France-Congrès. Depuis Lefèvre d’Etaples dont il sut évoquer le rayonnement, avec autant de verve que mon cher ancien adjoint au maire, le Proviseur Bernard Maire, jusqu’ à la bataille de la Marne dont il évoqua les aspects tragiques à Montreuil, en une conférence au profit de la société d’entraide des membres de la Légion d’honneur, Pierre Baudelicque a montré l’enrichissement que le travail des uns peut apporter aux autres. En se donnant à fond, pour éclairer ses concitoyens, et en permettant aux journalistes de la presse locale et régionale de nourrir leurs articles de documents de fond. Ce que préfèrent les lecteurs, saturés de communications issues de S.M.S .à motivation électoraliste.
En remettant , avec l’émotion d’un parrain , les insignes d’officier des Arts et de Lettres , ce lundi 13 juillet , que Madame la Ministre de la Culture Albanel avait tenu à décerner au Colonel Pierre Baudelicque, j’avais la sensation de remplir un devoir de réconciliation entre la République et le peuple.
Tant il est vrai que ce peuple souffre trop souvent de la coupure qu’il constate de plus en plus entre la politique et la vie. Il supporte de moins en moins, ce peuple, de voir quotidiennement, à la télévision et, parfois, dans la presse écrite, photos répétitives à l’appui, la République utilisée comme toile de fond de jeux de rôle et d’une médiatisation manipulatrice de l’opinion.Le Colonel Pierre Baudelicque, à partir de son œuvre, en ses écrits et en ses conférences, comme le Maire de la Commune de Tubersent a le mérite de le faire en toute réunion d’élus locaux, apporte la bouffée d’air bienfaisant d’un parler vrai. C’est ainsi que notre Démocratie doit se régénérer et redonner le gout de voter aux 60% d’abstentionnistes qui ont manqué volontairement le rendez-vous politique le plus important de ce début de siècle qu’est celui de la construction de l’Europe. L.D.


Lire la suite

Le Point du 1 07 09
Une bonne nouvelle à espérer.

Mercredi 24 Juin, nous étions quelques uns du Boulonnais et du Montreuillois à avoir aimé nous y retrouver. Où ? Au rendez-vous de la Chartreuse de Neuville sous Montreuil. Pourquoi ?
Pour les uns d’entre nous, c’est l’attrait d’un temps de silence en un lieu où, depuis le X1V ème siècle, la foi de Chartreux les avait amenés à faire acte de bâtisseurs .
Pour les autres d’entre nous , c’était le désir de savoir comment ,en 2009 , alors que l’on ne parle plus que d’emprunts et de milliards d’euros, ceux qui avaient acquis la propriété de ce monument historique , longtemps affecté à des activités d’hôpital , d’hospice, et même d’établissement psychiatrique ,avaient conçu la responsabilité et les moyens de le remettre en valeur et en vie.
La seule vue du travail accompli par les bâtisseurs du passé mérite le respect. Et ceux qui aspirent dans la vie publique, comme dans la vie associative ou privée, à faire œuvre de renaissance pour construire l’avenir de leur territoire, méritent un déplacement et un intérêt de la part de leurs concitoyens. Nous avons donc été sensibles à la passion exprimée par la porte parole de l’association qui s’est donnée pour mission de redonner vie à la Chartreuse de Neuville , en ce Pays du Montreuillois dont j’avais pensé, il y a plus de dix ans , qu’il méritait d’être créé en association de quatre communautés de communes , pour établir entre elles un synergie porteuse de futur .
J’ai entendu, comme vous tous, qu’un grand emprunt national va être à nouveau lancé par l’Etat, complémentaire, bien sur , des emprunts que l’Etat réalise pour combler la dette publique
dont Philippe Seguin rappelait , le lendemain même du discours de Versailles , qu’elle a progressé en 2008 de 10% , passant de 1.209 milliards d’euros à 1.327 milliards , ce qui élève la charge annuelle d’intérêts à 54, 6 milliards , et ce qui amène à un déficit , en 2009, de 7,5% de notre Produit intérieur brut national.
Je me dis donc qu’au point où on en est, on pourrait donner une priorité nationale à l’investissement de 25.000.000 d’euros qui sont nécessaires pour restaurer ce monument historique de la Chartreuse de Neuville. On sait, en effet, qu’elle impose une solidarité nationale pour le sauver de l’attaque d’un champignon dévastateur et pour en faire, pour de nouveaux siècles, une nouvelle source de vie culturelle, spirituelle et touristique…
Sans cette insertion du cout de la dépense de la restauration de la Chartreuse dans ce nouveau grand emprunt national annoncé par Nicolas Sarkozy, la Résidence de tourisme espérée et la reconversion, pour habitat, des maisons austères des anciens chartreux , même avec les avantages fiscaux prévus, ne pourrait se réaliser demain . Pas plus que n’a pu aboutir, dans les années passées , avec la seule participation envisagée du Conseil Régional , et pour les mêmes raisons financières , le projet que j’avais proposé, avec Bernard Pion , maire de Montreuil , et président du centre hospitalier de Montreuil, alors que nous avions pourtant le soutien du Président Daniel Percheron , très attaché à ce monument historique , et partageant notre volonté de lui maintenir une vie de caractère spiritualiste., prolongée très longtemps par des sœurs à l’accueil chaleureux inoubliable.
Un tel investissement , qui ouvrirait un chantier de trois années pour les entreprises de bâtiment et renforcerait les chances de maintenir le Montreuillois en tête de liste des arrondissements les moins victimes du fléau du chômage de la Région Nord-Pas de Calais, comme le Président du Conseil Régional l’a rappelé le 17 Avril au Palais de l’Europe du Touquet , serait tout à fait justifié dans les priorités nationales évoquées par le Premier Ministre François Fillon.
Au moins, la Presse Régionale et locale aurait-elle de meilleures informations à nous annoncer en ce début de saison d’été de crise que la démission d’une première adjointe au Maire , ou d’un premier adjoint au maire, dans une municipalité . Un évènement qui, hors le cas exceptionnel d’Etaples, en 2008 , n’avait jamais été vécu au Touquet, ni dans les communes du Montreuillois , dans les deux premières années d’un mandat municipal ! L.D.

Lire la suite