Chiche !

Pour stimuler l’ardeur des élus du Nord-Pas-de-Calais, j’ai à cœur, chaque année, comme vice-président du Comité Régional du Tourisme, de pouvoir juger où en est la vie économique des Régions, à partir de la source de vie nouvelle que représentent leurs pôles touristiques.

Je pense tout particulièrement pouvoir ainsi faire utilement le point de la santé économique des stations qui sont, par leur rayonnement, les pôles principaux de développement de l’économie touristique, en France, au-delà des métropoles dont le pouvoir d’attractivité s’accroit chaque année.

J’ai voulu suivre ainsi le bon exemple que m’avait donné le Docteur Pouget, qui m’avait demandé d’être le continuateur de son œuvre, comme maire du Touquet Paris-Plage, pour élever la station au niveau international de l’excellence.

Riche de son expérience de chef d’entreprise, Philippe Bataille, excellent adjoint, et ancien président du Cercle Nautique du Touquet, m’avait conseillé d’aller, dans les années 90 découvrir la réalisation du port de plaisance créé à Dives sur mer, qui voisine Cabourg sur le littoral normand.

Le constat de la création d’un tel port de plaisance et de sa réussite, m’avait convaincu, comme le fut à mes côtés, mon premier adjoint Hubert Flament. Et d’autant plus, qu’un tel port, dans l’espace de nature, de l’ancien camping municipal du Touquet, à la pointe de l’espace dunaire, sur la rive sud de la Canche, était beaucoup plus facilement qu’à Dives sur mer, à la portée des groupes investisseurs spécialisés.

J’en ai eu la confirmation aveuglante en ce mois de septembre ; Ce port de plaisance, nous l’avions en effet décidé, au niveau d’équipes municipales successives, de 1986 à 2008, de le créer, en mettant à profit l’ancienne cavité de 8 hectares creusée et nivelée pendant l’occupation, par l’armée allemande ! Le pouvoir nazi avait pensé, en effet, que le débarquement se ferait sur le littoral le plus proche de l’Angleterre, c’est-à-dire le nôtre.

Avant de devenir camping municipal estival, les 8 hectares étaient une base du mur de l’Atlantique, construit sur nos côtes. C’est ainsi qu’au-delà du littoral, Le Touquet fut la commune aux rues les plus minées de France. On ne le rappellera jamais assez.

Le projet de port de plaisance, qui avait obtenu le soutien des Autorités de l’Etat et de la Région, victime des péripéties électoralistes, était et demeure d’un intérêt supérieur. Pour assurer l’avenir de la station des 4 saisons et du sud de la Côte d’Opale qui a cruellement besoin de vie économique et d’emplois durables, il faut de toute évidence, mettre à profit le lien miraculeux qui nous unit à la Grande-Bretagne, à la Belgique et à la Hollande, c’est-à-dire la mer !

Les municipalités prochaines auront donc le devoir de faire appel aux groupes investisseurs britanniques ou français, qui ont démontré sur le littoral français, de Dives sur mer à Bordeaux, depuis vingt ans, leur capacité technique et financière pour aménager, exploiter et financer, de tels infrastructures !

Dives sur mer est devenu de plus en plus le précieux voisin immédiat de la très belle station touristique de Cabourg. Déjà célèbre par l’attrait romantique de sa digue promenade, Cabourg bénéficie désormais du formidable atout que représente l’accueil de la navigation de plaisance, pour son développement économique et celui des communes qui l’entourent !

La preuve de mon affirmation ? Cabourg, riche déjà de son magnifique et historique Grand Hôtel, devenu propriété du groupe Accor, voisin d’un très beau casino Partouche, manquait d’un institut de thalassothérapie et d’une hôtellerie performante liée à cet institut.

Ses élus de la station et de la région, après la réalisation de leur port de plaisance, ont réussi à convaincre le groupe Thalazur de créer depuis deux ans, un complexe très remarquable !

Ils sont ainsi parvenus, pour faire vivre leur station quatre saisons, à créer un ensemble thalassothérapie et hôtellerie, digne de celui du Touquet…

Cabourg a donc le mérite d’avoir donné l’exemple, d’une station touristique à rayonnement international, avec son ensemble d’équipements, parmi les plus performants de France, dans un environnement d’espaces dunaires semblable à celui de notre Côte d’Opale ! Un exemple qui mérite d’être cité, et suivi !

La vie en République, en France, retrouve tout son sens, avec de tels exemples !

Il faut avoir le courage de rappeler ce sens aux citoyens, pour qu’ils cessent d’être des abstentionnistes. Ou étant trop repliés sur eux-mêmes, pour qu’ils cessent d’oublier l’intérêt général.

Exemple : il est évident que Le Touquet manque d’un port de plaisance, sur la rive sud de la Canche, pour compléter celui d’Etaples, plus en amont sur la rive nord. Et il est clair que ce port de plaisance doit avoir la priorité sur tout autre projet, d’ici 2017, tant il conditionne l’avenir du Touquet et du sud de la Côte d’Opale !..

Monaco et ses princes l’ont bien compris qui n’ont eu de cesse d’agrandir leur port depuis des décennies en gagnant sur la mer !

Quand on observe sérieusement l’évolution des territoires inter communaux, on fait facilement un constat : le nombre des emplois créés est dépendant de l’esprit d’entreprise et du courage des élus qui ont pour devoir de valoriser et de vitaliser ces territoires !

La politique politicienne n’apporte rien aux populations de ces territoires ! Les citoyens sont en train de le comprendre, les jeunes en tête qui sont en recherche d’un emploi, et d’un avenir !

Une conclusion s’impose : Plus que le nom du parti, ancien ou nouveau, c’est le nombre d’emplois créés sur le territoire, qui devient le critère de base du jugement à porter sur un élu, à quelque niveau que ce soit !

Hollande, lui-même, a fait de cette donnée, la base de sa décision de se représenter ou non, en 2017 ! Pour tout candidat, à la tête d’un territoire, du niveau local au niveau national, et désirant se représenter, crions ensemble « CHICHE ! »

Léonce Deprez


4 Commentaires

  1. Deneux Francoise

    Excellent . Bises . Francoise

  2. Ce qui est vrai pour l’ activité touristique , l’ est aussi

    pour l’ activité et l’ emploi au sens général . Nos élus ,

    en charge  » du demain  » devraient s’ en imprégner et AGIR .

    Bravo pour ton article , Léonce .

  3. Malheureusement , aucun esprit d’ entreprise ! Malheureusement , aucun courage !! Malheureusement , aucune ambition pour la ville !!! 15 ans de retard déjà pour ce port qui devrait s’ imposer à tout élu ayant une quelconque approche de l’ économie touristique !!!!

  4. michele maillard

    merci pour cet article qui redonne espoir car ce port dans la nature comme il a été prévu se fera un jour! il ne peut pas en être autrement! Nos voisins étrangers l’attendent car la plaisance est en plein développement .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *