Quatre colonnes, quatre générations, pour soutenir l’édifice de notre humanité…

La Providence, pour ceux qui y croient, la Nature pour ceux qui ne croient pas en un Dieu créateur, révèle depuis toujours, et de plus en plus au fil de siècles où l’humanité progresse, que la vie a besoin, pour se perpétuer, mais aussi, pour s’équilibrer, de la coexistence des Générations !

 

L’Histoire de France est l’illustration de cette vérité

Une vérité qui se démontre, tout naturellement, en nos forêts dont la richesse vient de la coexistence de plusieurs générations d’arbres, nés au fil du temps… C’est vrai, tout autant, en notre monde, sur tous ses continents, ce qui entraîne à créer et à organiser, pour en bénéficier, et non pour en souffrir, une solidarité entre les générations.

Cette solidarité, est, aussi vivante dans la nature animale que dans la nature végétale, et plus vécue encore, dans notre humanité, au sein des peuples de continents moins bénéficiaires des progrès de la vie économique.

Si je rappelle, en ce mois de novembre 2014, cette simple vérité de la coopération entre les générations, et pas seulement entre les peuples d’un même continent et au sein de toute notre planète, c’est parce que notre monde actuel, et singulièrement notre France, exprime au sein de notre République, la démonstration de la gravité du cloisonnement des générations !

Exemple : un représentant des 20 à 40 ans a voulu se distinguer, à une récente émission de télévision sur France 2 qui se veut ouverte à une libre expression de ses invités ! Frédéric Taddeï qui a le mérite et la correction de leur permettre de terminer leurs phrases, pour rendre les points de vue des uns et des autres compréhensibles, a dû s’en rendre compte, comme tous les téléspectateurs ! Ayant ouvert le débat sur le drame survenu dans le Tarn, à propos du site de Sivens, choisi par le Conseil général, pour un projet de barrage, le porte-parole se disant interprète des jeunes, a exprimé son courroux contre les gendarmes et les C.R.S., les présentant comme l’ennemi à vaincre ! Et quittant le plateau, par refus d’entendre les autres intervenants, personnalités plus âgées, il lança un appel, pour venir à nouveau manifester dans deux grandes ville, quelques jours après, « pour tenir en respect les forces de l’ordre ! »

Une ancienne ministre, lui demanda ce que voulait dire pour des manifestants… « tenir en respect…  les forces de l’ordre ! »

Pour elle, de la génération précédente, et jusqu’à présent, « ce sont les forces de l’ordre qui doivent tenir en respect les manifestants ! »

Si je prends cet exemple, tout récent, c’est pour rappeler la nécessaire complémentarité de générations pour analyser les questions qui envahissent l’actualité ! Le croisement des points de vue sur les solutions à apporter aux problèmes qui se posent, est une exigence de la vie en démocratie ! Et cette complémentarité des réflexions, en fonction des formations reçues, des responsabilités assumées et des expériences acquises, est aussi indispensable dans la gestion de toute entreprise privée ou publique. Comme elle l’est aussi dans la vie de toute communauté humaine !

C’est pourquoi, d’ailleurs, les élus à tous niveaux, comme les responsables de toute entreprise ou de toute communauté, familiale ou associative, qui ont l’expérience issue des années précédentes, doivent continuer à exprimer leurs réflexions, au profit des plus jeunes !

 

L’esprit ne connait pas le temps de la retraite !

La revue de l’association des anciens députés que j’ai mission d’animer, a le grand intérêt de permettre, sous le titre : « Les Quatre Colonnes, » d’offrir, comme la médiatique salle de l’Assemblée nationale, un espace de croisement, entre plusieurs générations !

Le croisement entre les expressions de pensées de générations différentes, issues d’expériences vécues sont indispensables à la connaissance des générations suivantes !

L’intelligence de chaque être humain, s’enrichit à l’épreuve du temps ! Du temps d’un même siècle ! Un temps qui, comme l’argent, a une valeur à sauvegarder ! Surtout, quand les pensées exprimant le fruit des expériences vécues, proviennent de familles d’origines professionnelles, sociales, philosophiques ou religieuses différentes !

Les générations plus jeunes doivent comprendre l’enrichissement qu’assure à tout être humain, la volonté de s’ouvrir aux autres ! Et, parmi les autres, aux générations qui ont l’expérience du savoir-faire, ou du pouvoir décider ! A l’origine de notre langue, ainz… né avant…a généré le mot « aîné » ! Ce mot « aîné »  convient mieux que le mot « ancien » ! qui vient du latin « ante », « avant »… Les aînés ont une expérience issue des années vécues, des épreuves traversées, des efforts accomplis pour les surmonter. Et à ce titre, ils ont un rôle à jouer dans la société.

Ils savent, pour avoir déjà dû vouloir sortir d’autres crises, d’autres périodes difficiles, et d’abord les lendemains de guerres, les difficultés à vaincre pour industrialiser une région, pour développer ou relancer une entreprise, pour valoriser et vitaliser un territoire ! Ils savent que notre siècle a besoin, pour faire face au futur, de répondre à trois exigences.

Trois exigences que les temps difficiles actuels imposent comme conditions d’un avenir capable de rendre espoir au peuple français et aux peuples de notre Union Européenne :

  1. Un développement de la vie économique, sans lequel il ne peut y avoir création de richesses ni créations d’emplois pour vaincre la pauvreté et la désespérance provoquées par le chômage. Un développement économique qui impose une gouvernance européenne dans une économie irréversiblement mondialisée, ce qui doit entrainer la progression de notre humanité !
  2. Un développement de la vie culturelle qui doit assurer la progression globale des forces de l’esprit en notre monde, et, ainsi, sa capacité à s’ouvrir aux chances offertes par les technologies nouvelles, par les communications plus rapides et par des solidarités plus grandes, entre milieux sociaux, pour mieux en dégager des capacités de créativité.
  3. Un développement de l’éducation civique, donc de l’éducation écologique, humaniste, et sociétale, des citoyens, au sein des peuples de toutes nations, en nos cinq continents ! Car ces citoyens doivent, de plus en plus, apprendre que notre planète, la nature qui en fait l’attrait principal et les vies en société qui s’y organisent, dépendent de leur prise de conscience individuelle et collective. La prise de conscience que ce sont désormais des 7 milliards de citoyens, et pas seulement des marchés, et pas seulement des armements, et pas seulement du pouvoir de l’argent, et sûrement pas des dictatures et des fanatismes de toute origine, dont dépendra l’avenir du monde !

Ces trois grands sujets de réflexion, doivent mobiliser les esprits des quatre générations qui, à travers nos cinq continents, auront à assurer ensemble, la continuité des progrès de notre humanité !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *