Rallumer le feu !

La scène politique n’apparaît-elle pas de plus en plus réduite à un jeu de rôles ?

Le récent remaniement ministériel, en ce mois de février, vient de nous en donner l’illustration. Les Français n’ont pu que visionner avec indifférence les nouvelles scénettes des changements de postes dans les ministères.

Que peuvent-ils donc retenir des images diffusées sur les écrans de la télévision ?

Une seule conclusion : François Hollande s’attache à annoncer dans le style qui lui est cher, des changements susceptibles de servir sa cause pour 2017.

Mais que va donc lui apporter cette nouvelle étape de son mandat présidentiel ?

François Bayrou, depuis ses terres pyrénéennes, a traduit avec son bons sens de paysan ce qu’il fallait en penser.
La politique en vérité doit être la traduction en plan d’actions, d’idées forces susceptibles :

  1. D’éclairer les esprits
  2. De motiver et de mobiliser les énergies
  3. De dynamiser les volontés
  4. D’entraîner et de rassembler les citoyens

Cette vérité, il s’agit de la traduire dans l’action publique à tous niveaux. Du niveau des communes au niveau de notre République. Mais aussi désormais au niveau de notre Union européenne.

Ce qui est de plus en plus préoccupant, c’est qu’il n’en est pas ainsi actuellement. La politique, dite de droite ou dite de gauche, n’apparaît plus que la gestion collective et individuelle des carrières de celles et ceux qui occupent le terrain. Ou plutôt les marches des escaliers menant aux pouvoirs…

Fort heureusement, à Bercy, il y a un Emmanuel Macron. Mais son silence, souvent prolongé, en dit long. Plus ses pensées sont concises et épisodiques, plus elles semblent ouvrir la voie aux réformes qui s’imposeront demain à une France enfin rassemblée. Il est aujourd’hui manifestement trop seul.

Mais les Français ont compris qu’il ne peut être aujourd’hui que l’homme de demain

Ils ont considéré les changements dans les ministères parfois injustes, par exemple, pour Fleur Pellerin. Parfois purement électoraliste en ce qui concerne les Verts.

Ils ressentent que le pouvoir exercé aujourd’hui par de nouveaux ministres ne provoquera pas de changement dans l’état de la France ni dans leur vie.

La politique ne peut être respectée que lorsqu’elle apparaît respectable aux yeux des citoyens. C’est-à-dire lorsque elle semble pouvoir apporter des solutions aux problèmes de leur époque.

Bien sûr, ces problèmes deviennent-ils de plus en plus complexes et de plus en plus imbriqués les uns dans les autres. Depuis celui de la Syrie, privée d’un pouvoir respecté et dont la population souffre sous les bombes quand elle ne migre pas… jusqu’à nos campagnes de France dont les paysans se sentent obligés de manifester devant les préfectures pour faire comprendre que la vie de leurs exploitations est en danger.

Bien sûr, les élus de la nation, enfermés dans leur camp respectif, ne facilitent-ils pas la continuité et la cohérence d’une politique nationale et européenne ! Tant qu’ils seront enfermés dans le piège d’une France faussement coupée en deux ou en trois, il en sera ainsi.

Le peuple, lui en vérité ne demande qu’à se rassembler, tant il ressent que la gravité de la situation internationale et nationale justifie l’union des forces vives de la nation.

Rien ne change en haut, si bien que la vie en bas, sous la pression du quotidien ne demeure que ce qu’elle est. Comme le chantait et comme le chante toujours, Johnny Halliday, il s’agit pour la France et pour les Français et du haut en bas, de rallumer le feu !

Léonce Deprez


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *