Réponse à un Ami, à propos des Deux Grands Drames de Notre Temps

Cher ami,

Votre nom évoque pour moi une histoire d’amitié, remontant à mes parents envers les vôtres.

En quelques lignes je m’attache à répondre à votre souhait. Mais il faut commencer par distinguer clairement le problème des migrants et le problème du terrorisme. Ce sont deux problèmes majeurs de notre temps, très différents, et à traiter séparément.

Je ne répondrai donc dans cette première lettre, qu’en ce qui concerne le problème des migrants. Je m’attacherai à vous répondre prochainement en ce qui concerne le terrorisme.

– Le problème des immigrants est un problème à traiter politiquement au niveau européen car c’est un problème des relations présentes et futures entre les continents.

Une solidarité humaine doit exister entre les populations de ces continents. Il s’agit donc de vouloir élaborer et traduire dans les actes, une politique européenne de solidarité humaine, envers les peuples des continents qui souffrent de guerres civiles, ou de fléaux liés à la pauvreté, ou à l’absence d’Etat.

C’est une des raisons de base pour lesquelles, il nous faut vouloir au niveau des peuples d’Europe, une gouvernance politique européenne.

Cette politique de l’Union européenne doit être voulue par les élus nationaux des États qui la compose, et donc par les citoyens qui les élisent. Il faut donc commencer par exiger, de ces élus nationaux, qu’ils veuillent doter notre Union européenne, d’une souveraineté partagée pour s’attacher à la solution des grands problèmes de notre époque.

– Cette politique européenne doit viser aujourd’hui, pour aboutir à une paix durable, à établir un équilibre de vie économique, entre les continents se partageant les ressources sur notre planète.

– Il s’agit de faire comprendre aux peuples d’Europe comme aux peuples du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie autant que d’Amérique, que la première des ressources attachées à chaque continent, est la ressource humaine.

Ce qui impose au niveau des grandes unions continentales, constituées ou à construire, qu’une politique d’éducation et de formation professionnelle soit considérée comme un des premiers devoirs des gouvernances en notre époque, de transformation du monde, et de progression des technologies. Progression qui doit favoriser les relations humaines et les partages de responsabilité entre les gouvernances des états nations, et des unions les rassemblant.

– Cela veut dire qu’au niveau de l’Union européenne, et au niveau de l’ONU, une véritable gouvernance politique s’impose pour aboutir à ce que les populations puissent vivre d’abord dans chaque continent, des progrès de leurs productions liées à l’évolution de leur formation. Cela veut dire aussi, que la politique de solidarité doit être un point primordial de la politique de chaque union continentale et bien sûr, d’une organisation des nations unies qui doit devenir désormais à dimension politique, et non plus seulement à dimension militaire.

Il résulte de ces observations, que les drames actuels, que représentent les mouvements de migrations, et le mauvais accueil des migrants, sont la conséquence d’une absence de volonté politique, et d’abord à l’échelle de chaque état-nation, et pour nous, en Europe, à l’échelle de notre Union européenne. Cette union doit devenir politique pour devenir une force fédérale, à dimension économique et sociale.

Si j’étais encore député, ce sont ces idées force que je m’attacherai à transmettre, à la tribune de l’Assemblée.

Vous avez raison, cher ami, de vous préoccuper des solutions à cet immense problème, qui va devenir le premier de notre siècle, et qui s’appellera le destin des peuples sous-développés, ou sortant des dictatures et pas encore intégrés dans un régime démocratique.

Il est temps que l’esprit de solidarité humaine ne se traduise plus seulement à travers des prières dans les églises ou dans les mosquées. L’esprit de solidarité humaine doit être à la base de la politique des états-nations regroupés au niveau de leur continent ou des grandes parties de leur continent, pour relever les défis de notre temps.

Chaque citoyen a en lui-même, la responsabilité de cette réponse à apporter, à la préoccupation que je vous félicite d’exprimer à travers la question que vous m’avez posée.

Bien cordialement vôtre,

Léonce Deprez


Pas de commentaire

Trackbacks/Pingbacks

  1. Du Petit-Fils Miraculé... aux Migrants Sauvés | Léonce Deprez - […] Les milliers de migrants qui perdent leur vie, en Méditerranée, par manque d’une gouvernance mondiale, sous le signe de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *