Respecter l’Humain Impose le Respect des Religions

En entamant l’année nouvelle, la République a pris début janvier, une heureuse initiative en célébrant son unité sur la place portant son nom, au cœur de Paris.

Ainsi, a-t-elle rappelé sa vocation à rassembler les citoyens de tous milieux et de toutes origines.

Il est apparu aussi, sur les écrans de télévision, que la France n’était pas seulement un corps social. Et du Président de la République… à Johnny Hallyday et aux commentateurs des journaux télévisés, le langage commun a rappelé que la France avait aussi une âme.

Heureuse contribution au rassemblement des Français pour les inciter à entamer l’année, en visant vers le haut. Une année 2016 à entamer sous l’éclairage qui vient du haut, pour inciter les citoyens à ne pas toujours baisser les yeux vers le bas.

Le bas… où il faut, chaque jour de la vie, faire effort pour vivre et faire vivre.

Concilier la marque de la vie quotidienne des citoyens, à celle de leur République, c’est la noble tâche des gouvernants. Mais, pour permettre le rassemblement de ces citoyens, les Républicains ont au fil des siècles, tenu à ajouter aux trois mots de Liberté, d’Égalité et de Fraternité, le mot clé, enseigné désormais dans les écoles, celui de Laïcité.

Les Français sont dorénavant unanimes à approuver cette adoption. Depuis l’école, la République veut ainsi démontrer qu’elle doit être respectueuse des choix des citoyens, à vivre dans le respect des différentes religions qui s’attachent à donner à leur vie un sens. Et à transcender ce sens au-dessus des diverses frontières qui séparent les humains depuis leur naissance.

La laïcité apparaît ainsi de plus en plus comme un principe de vie en société permettant aux citoyens de tout état de vivre, en fonction de leur croyance et de leur foi, dans un au-delà du quotidien. C’est à dire dans le respect de la religion à laquelle ils sont attachés.

L’Etat est pour les citoyens de chaque nation, le cadre légal au sein duquel ils sont appelés à vivre, dans un cadre commun leur assurant des droits et des devoirs. Mais l’Etat, comme je l’ai déjà souligné, n’a pas vocation à se substituer à ce que Mitterrand appelait à juste titre : « les forces de l’esprit ». Celles-ci se disséminent, éclairent et motivent les humains à travers la planète. Mais aucun Etat n’a vocation à les maîtriser et à se substituer à elles.

Les attentats et les drames vécus ces dernières semaines et qui ont connu leur paroxysme en 2015, ont démontré le devoir des citoyens et de leurs gouvernants de ne pas étouffer ou tenter d’éteindre la vie spirituelle, en donnant à un pouvoir étatique une vocation à maîtriser les esprits.

Et à les placer sous une emprise de pouvoir temporel.

L’Etat islamique, en tentant de maîtriser les peuples de plusieurs nations en 2015, a voulu donner naissance à une coalition de peuples soumis à travers le monde, à son pouvoir fanatique.

Contre cette coalition, les religions ont pour vocation de sauvegarder les forces spirituelles qui, depuis l’origine du monde, relient le divin à l’humain.

Si j’insiste en ce début d’année nouvelle, sur le respect dû ainsi aux religions, c’est pour faire comprendre aux plus jeunes que le monde d’aujourd’hui, loin de vouloir annihiler la vie spirituelle, doit au contraire en sauvegarder les sources. Ces sources sont religieuses. Elles s’appellent pour les catholiques l’église, elles ont pour cadre pour les protestants le temple, pour les juifs la synagogue, pour les musulmans la mosquée. Chaque lieu impose le respect. Comme l’esprit le justifie en tout être humain.

Le monde moderne, sous le signe de sa progression, a révélé le pouvoir des humains à élever les capacités de l’humanité au sein de l’œuvre de création sublime qui s’appelle la Nature. Mais cette nature ne serait pas ce qu’elle est devenue au fil des siècles, si en son sein le pouvoir créateur n’avait pas donné vie à la nature humaine.

Cette vie donnée au 21ème siècle à des êtres humains continue d’apparaître comme le bien suprême à sauvegarder, à respecter, à développer. Et c’est pourquoi, en ces jours de janvier 2016, notre République s’est rassemblée au cœur de sa capitale, pour rappeler au monde, que la vie est le bien suprême. Et que toute atteinte à l’humain est une atteinte à l’œuvre divine de la création.

Les religions ont pour but d’en faire le rappel au fil des jours, pour éclairer et stimuler la vie de tous les humains.

Léonce Deprez


3 Commentaires

  1. Guérin TH.

    à condition que les religions respectent elles aussi  » l’humain  » !… pourquoi mettre une mosquée en premier plan ? pourquoi ne pas mettre une église qui elle respecte son prochain ? la France n’est-elle pas d’abord une terre chrétienne qui sait accueillir son prochain ? c’est écrit dans l’évangile pas dans le Coran !…au contraire … tues un  » infidèle et tu vas au paradis ! pour les musulmans il n’y a pas de séparation entre la religion et l’état ! c’est là l’essentiel qui nous sépare ! quand nos politiques comprendrons cela ça ira beaucoup mieux en France !… le jour où il y aura plus de musulmans en France que d’autres personnes croyantes ou non … la France sera un état musulman ! comment ne le voyez vous pas et faites vous  » tout » pour que cela arrive ? je ne comprend pas !… situ as la réponse Léonce donnes la moi … merci !

  2. L’image utilisée est celle de la basilique Sainte Sophie de Constantinople devenue mosquée sous l’Empire Ottoman.
    Elle fut désaffectée du culte par Mustafa Kemal (Atatürk), fondateur de la République de Turquie, pour « l’offrir à l’humanité ».
    Ce monument est un symbole de laïcité et de respect entre les religions.
    Le webmaster.

  3. Porquet

    Bravo Mr Dessenne
    Une mise au point d’une personne cultivée est toujours utile!
    Et pour Monsieur Guerin les catholiques n ‘ont ils pas construit des églises du temps des colonies, sur des terres de tradition musulmane?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *