L’après Rio : à Toute Échelle, pour Chacun, la Volonté de Réussir sa Vie

Le rendez-vous des jeux olympiques est de ce qui doit stimuler les esprits, même pour ceux qui n’ont pas en eux la passion du sport.

J’ai eu le privilège de vivre ces J.O., parmi les athlètes représentant la France. C’était à Helsinki en 1952. Tous les 4 ans, depuis ces semaines inoubliables, j’ai périodiquement le sentiment de revivre ces heures désormais lointaines, mais pourtant si profondément gravées dans ma mémoire.

Les jeux olympiques ont conservé le prestige qu’ils méritent

Les médias en révèlent très heureusement le sens. Le sens, c’est l’expression de ce que le mot vie contient de passionnant. De passionnant à travers la sublimité des qualités que la participation à ce niveau mondial demande à l’être humain. Cet être humain, si souvent dégradé et parfois jusqu’au niveau le plus bas, au fil des jours et des nuits de notre 21ème siècle.

Comme pour lui faire prendre sa revanche tous les 4 ans, il se cabre, comme un cheval fouetté par le cavalier, avant de franchir l’obstacle situé sur son parcours. L’obstacle dans la vie courante, c’est l’effort à faire, pour tout être humain, pour être digne de lui-même.

Les jeux olympiques, c’est la recherche obligée, pour les acteurs qui la vivent, d’un dépassement de ces qualités humaines, physiques mais aussi morales. Et c’est pourquoi, depuis leurs origines, ces J.O. sont renouvelés périodiquement comme une belle aventure d’élévation de l’existence humaine.

Les J.O. du Brésil démontrent comme ceux que j’ai vécus en Finlande, que l’humanité est l’expression la plus convaincante de la capacité de l’être humain à vivre un dépassement de lui-même pour témoigner de son origine divine.

La presse quotidienne et les émissions des chaînes de télévision se retrouvent soudain « capteurs » de l’attention et des regards de millions de citoyens. Le spectacle des J.O. pénètre dans tous les foyers, c’est le privilège de l’ère moderne.

J’ai ressenti depuis le rendez-vous que j’ai vécu sur le stade olympique d’Helsinki, ce que le sport dans sa pratique de vie vraiment vécue, pouvait apporter à notre société au fil des jours.

De l’Europe du nord à l’Amérique du sud, l’humain a vocation à se grandir. Et le sport parvient ainsi à se hausser jusqu’au sommet des qualités morales qu’impose toute religion à l’être humain.

Peu importe finalement qui sort vainqueur des affrontements vécus et décrits au fil de ces semaines d’été 2016 !

C’est finalement l’humanité qui gagne

Et à une époque où les progrès de cette humanité se traduisent trop souvent en une évolution contraire à sa dignité, les J.O. révèlent que l’humain a vocation à se grandir. Le sport, tout comme le travail, est le pont qu’il lui fait franchir les étapes de l’existence, en élevant son regard vers le haut.

Les compétitions ont cessé à Rio. Mais l’esprit qui les a animées continuera de vivre. Un esprit révélateur du sens des efforts, qu’impose à toute échelle la volonté de réussir sa vie.

Léonce Deprez


2 Commentaires

  1. C est toujours très beau ce que vous écrivez
    Un beau regard sur l’ humanité
    Merci Léonce

  2. LEONCE.Bravo pour ton commentaire sur J.O de RIO et d’elever les actions de la jeunesse vers l’annoblissement et le desinteressement. Albaert VIEU Chaleureuses amitiees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *