Le verbe-clé !

Nous voilà donc revenu aux pires journées du terrorisme que des criminels tentent de faire vivre aux européens, et je ne peux attendre plusieurs jours sans communiquer sur la tristesse qu’un tel drame provoque dans nos peuples du monde entier.

Ceux qui tentent de créer la terreur dans les capitales occidentales atteindraient leur but, si les commentateurs de ces drames couvraient de noir les matins de nos vies et les pages de nos journaux.

Les attentats de Manchester et de Londres ont une résonance dramatique dans notre univers. Faire sauter une bombe à la sortie d’une salle de concert ou s’en prendre à la jeunesse internationale qui s’épanouit à Londres, c’est la provocation la plus déplorable qu’ont voulu lancer une poignée de terroristes dont on ne connaît pas à ce jour, la motivation exacte. Mais une idée force se dégage de mon esprit après l’annonce d’une telle tragédie.

L’humanité sera toujours porteuse à travers les individus qui la composent du meilleur comme du pire. Mais ces individus eux même ne représentent que les pions les plus divers d’un échiquier mondial. Il suffira toujours d’un être au tempérament criminel pour faire sauter des vies en même temps qu’eux-mêmes. L’idée force est que la résonance internationale d’un tel crime ne doit surtout pas faire croire que nous vivons désormais dans un état de guerre permanente.

Les humains ne demandent qu’à vivre, et si possible à vivre heureux

Il y aura toujours des détraqués pour tenter de faire régner un climat d’inhumanité sur notre terre. Mais il ne faut pas pour autant verser dans le désespoir… La main de Dieu ne pourra jamais enlever du criminel l’arme qui tue un Humain. Mais attention, il ne faut pas pour autant cesser de croire possible un avenir plus heureux, car le but de ceux qui ne supportent pas leurs échecs est bien de tuer l’espérance d’un peuple, en même temps que la vie d’un humain.

Bien sûr, ces nouveaux drames amèneront-t-ils à renforcer la sécurité en tout rassemblement public ? Mais il y aura toujours des rassemblements publics qui offriront dans l’actualité mondiale des horizons de ciel bleu. Et ces horizons, pour qu’ils se dégagent de notre ciel, imposent que dans tous les peuples du monde « une idée force se partage ». Pour que l’humain se relie au divin, il faut que, dans toutes les nations du monde, il soit enseigné aux peuples que le mot-clé de leurs vies doit se traduire dans toutes les langues par le verbe aimer.

Ce verbe aimer, il faut le faire comprendre aux jeunes du monde entier

Léonce Deprez


Un commentaire

  1. Jean-Claude Douvry

    Merci beaucoup Léonce pour votre message d’espoir et votre inaltérable jeunesse de cœur et d’esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *